Réforme des retraites : les pistes évoquées par les candidats à l’élection présidentielle

Peu évoqué durant les débats, le sujet de la retraite n’en est pas moins crucial. Un acteur du conseil en matière de retraite s’est penché sur les propositions faites par les candidats à l’élection présidentielle.

La société de conseil Novelvy Retraite s’est penchée sur les propositions des candidats à l’élection présidentielle en matière de retraite. Si la plupart s’accordent sur l’idée d’augmenter les petites retraites, de fortes divergences apparaissent sur les curseurs de l’âge du départ à la retraite ainsi que sur l’étendue d’une réforme du système. En matière d’âge de départ, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen souhaitent revenir à la retraite à 60 ans avec 40 annuités validées pour obtenir un taux plein. Sans toutefois donner de précisions sur le calendrier de mise en place. Novelvy Retraite rappelle toutefois que lorsqu’en 1982 l’âge de départ à la retraite a été avance de 65 à 60 ans, sa mise en place a été effective dès avril 1983.

 François Fillon propose de reculer l’âge de la retraite à 65 ans. « Mais il ne dit pas si ce recul sera accompagné d’une augmentation de la durée de cotisation requise pour le taux plein », indique Novelvy  Retraite. Quand c’est le curseur de la durée de cotisation qui est bougé, comme pour la réforme de 2013 « ce sont les assurés qui ont commencé à travailler tard qui sont pénalisés », précise la société de conseil. En sens inverse quand le législateur agit sur l’âge de départ en le faisant reculer sans toucher à la durée de cotisation ce sont : « les assurés qui ont tous leurs trimestres qui ressentent plus durement cette situation qui les contraint à attendre alors qu’ils pourraient percevoir leur retraite au taux plein tout de suite », indique Novelvy Retraite.  En termes de calendrier, pour que l’âge de 65 ans soit effectif à la fin du mandat présidentiel, il faudra lancer la réforme dès l’été 2017.

Emmanuel Macron envisage une réforme du système actuel. «  Il resterait un système par répartition mais dont la structure serait indépendante des statuts des assurés et dans lequel un euro cotisé donnerait les mêmes droits. Cette harmonisation verrait disparaitre les régimes spéciaux et unifierait les modalités de calcul de retraite », précise Novelvy Retraite.

Benoît Hamon n’envisage pas de modifier l’âge de départ à la retraite mais prévoit des aménagements du système comme la possibilité pour l’assuré qui a trop de trimestres d’en faire bénéficier son conjoint. Plus globalement Benoît Hamon prône le maintien de tous dans l’emploi par le partage du temps de travail grâce au dispositif de retraite progressive. « Le dispositif de retraite progressive aujourd’hui accessible dès 60 ans permet aux assurés qui justifient d’une activité partielle de bénéficier d’une partie de leurs retraites en complément de leurs revenus. Quand ils cessent leurs activités professionnelles, ils touchent la totalité de leurs retraites. Or aujourd’hui les professions libérales sont exclues de ce dispositif alors que les indépendants, artisans et commerçants peuvent en bénéficier », analyse Novelvy Retraite.