Les propositions de l'Institut Montaigne pour les retraites

Dans les dix prochaines années, l'âge de la retraite et la durée de cotisations devraient être amenés à 63 et 43 ans, estime le think tank.

Comment sauver les retraites ? Le think tank libéral Institut Montaigne donne ses préconisations en la matière dans une étude publiée il y a quelques jours. Selon l'Institut, "la dette cumulée des régimes pourrait représenter 25% du PIB à l’horizon 2040" (selon les chiffres du COR), et la France est d'autant plus concernée que les retraites représentent "13,6 % du PIB, soit bien plus que la moyenne de l'Union Européenne (autour de 10%) et de la moyenne de l’OCDE (autour de 8%)".

Trois mesures sont essentielles pour sauver le régime, estime l'Institut. La plus emblématiques est celle de faire passer l'âge de la retraite à 63 ans et la durée de cotisation à 43 ans "au cours des dix prochaines années". "La situation financière des différents régimes sera rééquilibrée à l’horizon 2025", calcule le think tank. Ensuite, la modulation aurait lieu de manière "plus douce", en fonction des gains d'espérance de vie. 

L'autre point concerne la convergence des régimes publics et privés. Au-delà des rapprochements successifs des deux régimes au cours des dernières réformes menées (2003, 2007 et 2010), l'Institut insiste sur la nécessité de résorber deux inégalités majeures : l'âge d'ouverture des droits à retraite plus bas dans certains régimes spéciaux du public et le mode de calcul des droits à la retraite, beaucoup plus avantageux que dans le privé.

Enfin, l'Institut Montaigne insiste sur le besoin d'assurer la viabilité du système par répartition en mettant en place les deux premières mesures évoquées avant d'envisager une réforme systémique. "Car elles seules sont en mesure de ramener à l’équilibre le système de retraites", juge le think tank.

Fichiers: