Les principaux enseignements du baromètre CTIP de la prévoyance

Carence dans la complémentaire santé généralisée, épargne salariale qui se développe... Le baromètre CTIP réalisé par le Crédoc en trois points.
Fotolia

Quel bilan peut-on tirer du marché de la prévoyance en 2015 ? Dans le 11e baromètre de la prévoyance réalisé par le Crédoc, le Centre technique des institutions de la prévoyance (CTIP) dresse plusieurs constats sur la complémentaire santé et l'épargne. Le voici résumé en trois points.

Les salariés sont mieux équipés en complémentaire santé...

Sept salariés sur dix sont équipés d'un contrat de complémentaire santé selon l'étude. Lors de la dernière édition de ce baromètre en 2013, ils étaient six. Par ailleurs, l'étude note une hausse sensible du nombre de complémentaires signées dans le cadre du travail. Il y a 28% d'entreprises qui n'ont pas encore mis en place de complémentaire santé généralisée dans leurs services. De plus, 71% des salariés qui bénéficient d'un contrat collectif estiment que le coût de leur mutuelle n'est "pas cher" ou est "au est juste prix"

A lire aussi sur l'AgefiActifs.com : Les inquiétudes du rapport sur la complémentaire santé obligatoire

... Mais connaissent très peu les nouveaux dispositifs

En revanche, 32% des salariés n'ont jamais entendu parler de la réforme sur la généralisation de la complémentaire santé qui entrera pourtant en vigueur dans trois mois, au 1er janvier 2016. Même problème du côté des entreprises. Parmi les employeurs, 29% connaissent la future loi mais ils ignorent tout des conditions de mise en place de la généralisation (elle doit concerner tous les salariés, être financée à 50% par l'employeur et proposer un socle minimum de garanties). En tout état de cause, 91% des entreprises n'envisagent pas de changer d'organisme assureur durant ce transfert.

A lire sur le sujet : A quatre mois de sa mise en place, la "mutuelle pour tous" passionne peu

Plus d'un salarié sur deux bénéficie d'une épargne retraite ou salariale

L'épargne retraite et salariale a repris de la vigueur cette année puisqu'elle concerne désormais 52% des salariés contre 46% en 2013. Selon l'étude, 51% des salariés "déclarent privilégier l'épargne collective comme dispositif le plus intéressant pour financer un complément de retraite", contre 45% il y a deux ans. En revanche, le nombre d'employeurs ayant mis en place un système d'épargne retraite ou salariale est en baisse : 30% contre 33% avec une couverture plus élevée cette année pour les grandes entreprises.