« Les garanties et les chargements ont été ajustés sur les nouveaux contrats »

Corinne Jehl, actuaire et Practice Leader Epargne/Retraite chez Optimind Winter repose les bases des contrats de retraite variable annuities plus sensibles aux risques des marchés financiers que les formules traditionnelles. Une alternative aux fonds en euros en vue d’une préparation à la retraite à étudier de nouveau
Corinne Jehl, actuaire et Practice Leader Epargne/Retraite, Optimind Winter

L’Agefi Actifs. - Où se situe le principal risque pour les contrats de variable annuities ?

Corinne Jehl. - Dans les contrats de variable annuities ou contrat en unités de compte à revenus garantis, l’assureur est confronté à deux grands types de risques : le risque de longévité et le risque financier. Pour piloter le risque de longévité, l’assureur applique schématiquement les mêmes méthodes que pour les rentes viagères classiques. Le risque financier, en revanche, est plus important au regard de la structure du produit variable annuities dans lequel, lorsque les rachats partiels ont épuisé l’épargne disponible sur le contrat, l’assureur est tenu d’honorer son engagement de production de revenus en basculant sur une rente viagère. Une couverture financière spécifique doit être mise en œuvre pour optimiser le capital afin qu’il ne s’épuise trop rapidement et limite les risques de perte de l’assureur dus à une baisse des marchés boursiers. L’exercice est complexe dans la mesure où les garanties peuvent s’échelonner sur des dizaines d’années – phase de capitalisation et phase de rente - tandis que les instruments de couverture ne sont utilisables que sur des durées plus courtes.  Les variable annuities supposent donc la mise en place de stratégies de couverture dynamique permettant de maitriser la volatilité des marchés financiers. Deux possibilités s’offrent aux assureurs concernés : l’externalisation de ces stratégies auprès de spécialistes ou le développement de plateformes financières dédiées.

Certains acteurs ont subi de lourdes pertes avec ces formules par le passé, du fait des violents décrochages des marchés financiers. Sur les nouveaux contrats, les garanties et les chargements ont été ajustés et les stratégies de couverture ont été révisées.

Quel discours tenir aux assurés sur ce type de contrat ?

-  Les variable annuities constituent un produit qui répond parfaitement à un besoin de préparation de la retraite. De plus, dans un contexte de taux d’intérêt particulièrement peu élevé, ils peuvent représenter une bonne alternative pour investir à long terme sur des actions tout en bénéficiant de garanties. Les perspectives de rendement sont donc attractives, notamment en comparaison des investissements sur les fonds en euros, pour lesquels la garantie en capital à tout moment contraint trop fortement la gestion financière des assureurs en les conduisant à investir massivement sur les produits obligataires.

Comment s’insèrent-ils dans l’univers Solvabilité 2 ?

- Les variable annuities, en raison notamment des risques financiers qu'ils supportent, induisent potentiellement un besoin en capital important. De plus, en raison des risques spécifiques portés par ces produits et des stratégies de couverture dynamique indispensables, ils peuvent justifier le développement d'un modèle interne partiel, selon la part qu'ils représentent en portefeuille. La gestion des risques devra en outre porter une attention toute particulière au portefeuille de contrats variable annuities.