Les Français cherchent les produits innovants pour financer leur retraite

Seuls 5 % des Français comptent sur les pouvoirs publics pour les aider durant les grandes étapes de leur vie. Si près de sept sur dix disent épargner, seuls les plus aisés misent sur l'assurance vie ou sur les valeurs mobilières.
Fotolia

Pour leurs vieux jours, une majorité de Français comptent désormais plus sur eux-mêmes que sur la collectivité. Une étude OpinionWay pour Lyxor AM(1) montre que deux Français sur trois (67 %) estiment que dans les années à venir, ils devront avant tout compter sur eux-mêmes pour financer les grandes dépenses de leur vie, telles que leurs frais de santé, leur retraite, leur fin de vie ou celle de leurs parents. A l'inverse, seuls 5 % d'entre eux continuent à compter sur les pouvoirs publics sur ces sujets.

Pour la plus grande majorité (89 %) d'entre eux, il s'agit de faire preuve de davantage d'anticipation sur ces dépenses, qui par ordre de sujets d'inquiétude sont d'abord leur retraite (80 %), devant les soins exceptionnels non pris en charge par la sécurité sociale (78 %), la fin de vie de leurs parents et encore l'acquisition de leur premier logement (74 %). A noter que les études des enfants, qui ne figurent pas parmi les dépenses jugées les plus complexes, sont tout de même qualifiées de « difficiles à financer » par près de sept Français sur dix, et ce alors que de nombreuses formations restent encore gratuites ou d’un prix moins élevé que dans les pays anglo-saxons, observe Lyxor.

Face à ces enjeux, près de 77 % des personnes interrogées estiment ainsi qu'ils vont devoir « trouver de nouveaux moyens de financement ». Déplorant globalement un « manque de produits et services financiers innovants », 68 % disent néanmoins épargner en misant d’abord sur leur compte courant et l’épargne réglementée (Livret A, LDD, PEL, PEP, CEL...), malgré le niveau très bas des taux d’intérêt. Sans surprise, les Français « ont beaucoup moins recours aux placements en assurance-vie ou en produits mobiliers (actions, obligations...), à l’exception des Français aux revenus plus élevés qui comptent davantage sur ces solutions financière », conclut l’étude.

(1)Enquête réalisée auprès d’un échantillon représentatif de la population française, de 1.028 personnes âgées de 18 ans et plus, et d'un sur-échantillon de 522 personnes de 18 ans et plus gagnant au moins 60.000 euros par an par foyer.