Les femmes pessimistes sur leurs revenus de futures retraitées

Selon une étude de BlackRock, seulement 20% des femmes estiment qu'elles auront des revenus suffisants à la retraite.

Lorsqu'il s'agit de retraite, le pessimisme gagne beaucoup plus facilement les femmes, selon les résultats de l'étude de BlackRock intitulée "Investor Pulse". A travers une enquête européenne, l'étude révèle que les femmes sont seulement 28% à se déclarer "optimistes" sur leur avenir financier et 20% estiment qu'elles auront les revenus qui correspondent à leurs besoins futurs. Ces deux taux sont presque deux fois supérieurs chez les hommes (40 et 44%).

L'une des raisons principales tient à leur manque d'implication sur l'épargne et l'investissement. Un tiers des femmes interrogées reconnaissent que "rien" ne les a incitées à se préoccuper de la question au cours de l'année écoulée, "le taux le plus élevé en Europe", indique BlackRock.

Cette crainte de ne pas disposer d'une épargne suffisante tient également au fait qu'elles détiennent trop de liquidités dans leur portefeuille d'épargne, 62% selon l'étude. "Sur le long terme, elles n’obtiendront pas les rendements qui leur sont nécessaires à la construction d’une épargne retraite confortable, particulièrement dans l’environnement actuel de taux bas", explique Stéphanie Fawcett, responsable de l’étude pour la France et la Belgique. Les principaux autres postes sont l'assurance vie (19%) et l'immobilier (6%), les actions ne représentant que 2%. Chez les Européennes le montant de cash est supérieur (67%) mais les actions représentent 16%. Chez les hommes français en revanche, le cash représente 49%, l'assurance vie 20%, l'immobilier 9% et les actions 6%. 

Un problème pris en compte par les femmes "avisées", celles qui s'intéressent activement à leur épargne et diversifient leur portefeuille. Elles détiennent ainsi seulement 15% de liquidités et investissent davantage en produits financiers (actions, obligations, bien immobiliers). Mais le nombre de femmes avisées représente une part très faible de la population : seulement 12% des femmes se considèrent comme des investisseurs, contre 23% chez les hommes.

Fichiers: