Le vieillissement va mettre le système français des retraites à l'épreuve

Le Melbourne Mercer Global Pension Index a dressé un classement international des systèmes de retraites sous l'angle du vieillissement. La France conserve sa 13e place et va devoir réaliser de nombreux efforts dans les prochaines années.

Le système de retraites français va être contraint à une réforme profonde s'il souhaite absorber les coûts majeurs entraînés par le vieillissement de la population, estime le cabinet Mercer dans l'étude Melbourne Mercer Global Pension Index 2016 menée avec le Australian Center For Financial Studies.

Le classement général des 27 pays étudiés
Mercer

La France a ainsi conservé sa notation de l'an dernier (la note «C») avec une moyenne globale qui a légèrement fléchi (l'indice est passé de 57,4 à 56,4) pour une moyenne dans les 27 pays étudiés à 59. Le classement est dominé par les Pays-Bas et le Danemark (notés «A») qui obtiennent un indice global supérieure à 80, indice qui prend en compte la performance, la durabilité et l’intégrité des choix en matière de système de retraite. La France obtient la même notation que les Etats-Unis ou l'Allemagne.

A lire également : Les effets économiques d’un report de l’âge légal du départ en retraite

Sans surprise, c'est le critère de durabilité qui fait chuter la moyenne française, l'indice n'y est que de 35,2. 

A l'horizon 2050, la projection du ratio de dépendance en France est de 1,4 actif pour 1 retraité, souligne l'étude, rappelant les statistiques de l'Insee. «L'allongement de l'espérance de vie nécessite de modifier notre point de vue sur l'activité des salariés dits seniors», analyse Christel Bonnet, consultante Retraite au sein de Mercer France. La récente réforme des retraites complémentaires a été prise en compte dans ce calcul, précise-t-elle, sans profondément améliorer la situation du système des retraites à long terme dans l'Hexagone.

Parmi les pistes qui permettront à la France d'améliorer la soutenabilité de son régime, l'étude en a identifié quatre : l’augmentation du niveau des cotisations en couverture des systèmes de retraite supplémentaires des entreprises (amélioration des actifs au fil du temps), l’augmentation de l'âge légal de départ à la retraite, l'augmentation du taux d’activité des personnes âgées (avec l'augmentation de l'espérance de vie) et l'amélioration du cadre réglementaire pour le système de retraite du secteur privé.