En ce moment sur l'Agefi Actifs

Le forfait social devrait être modulé

Epargne salariale

A l'occasion des Deuxièmes rencontres parlementaires, des entreprises, des partenaires sociaux et des députés ont échangé sur l'épargne salariale et l'actionnariat salarié. Il est question de flécher l'épargne salariale vers l'économie réelle grâce à un forfait social réduit

Instabilité fiscale, forfait social dissuasif, complexification du dispositif sont autant de freins au développement de l’épargne salariale pointés du doigt lors des deuxièmes rencontres parlementaires organisées par l’association Fondact ce mardi 23 septembre. Le ministre du Travail François Rebsamen, qui a conclu les débats, a d'ores et déjà prévenu que le forfait social ne fera pas l'objet d'une baisse générale mais d'une modulation. Dans ce cadre, la réforme de l'épargne salariale compte apporter une cohérence et une stabilité du système qui doit davantage se tourner vers l'économie réelle.

Des atouts indéniables

L'épargne salariale dispose d'atouts indéniables. « C'est un produit financier qui constitue la plus grosse niche fiscale sur l'épargne », a précisé Valérie Rabault, députée et rapporteure générale du Budget. Entre autres, il donne un sentiment d’appartenance à l'entreprise et permet un partage de la valeur dès lors qu’il y a création de valeur. C'est également un outil favorisant le dialogue social et qui fidélise les salariés, point important alors que les talents s'expatrient. Intéressement et participation sont considérés comme des dispositifs adéquats pour associer les salariés à l’entreprise. Pour autant, il a été rappelé que l’épargne salariale n’a pas vocation à se substituer aux salaires et qu'il faut éviter toute confusion, y compris au niveau de sa fiscalité. 

De bons chiffres mais trompeurs. Si les données sur l'épargne salariale montrent un dispositif en bonne santé – 111 milliards d’euros gérés à juin 2014, en hausse de 12 % et 280.000 entreprises équipées selon l'AFG –, cette tendance risque de ralentir. En effet, de nombreux accords sont dénoncés du fait du forfait social, ce qui aura un impact sur l’évolution des chiffres. De plus, pour la première fois, les sorties ont été supérieures aux entrées en 2013 (15,2 milliards contre 11,7 milliards d’euros). Alors que le gouvernement souhaite élargir l'épargne salariale aux salariés qui n'y ont jusqu'à présent pas accès, Thibault Lanxade, président du pôle « Entrepreneuriat et croissance » du Medef, a décrit un paysage aujourd'hui peu favorable à sa mise en place dans les TPE/PME qui souffrent,  64.000 destructions d’entreprise étant enregistrées en un an.

L'obstacle du forfait social. Les obstacles au développement de l'épargne salariale ont ainsi été épinglés. A la première place des revendications : le forfait social au taux de 20 %. Le qualifiant d'«impôt idiot », Michel Bon, président de Fondact, demande son abrogation. De même, Vianney Mulliez, président du groupe Auchan, déplore le cadre législatif français en matière d'épargne salariale. « Le forfait social pénalise les entreprises vertueuses et les déblocages anticipés empêchent la création d'une épargne forcée », a-t-il regretté. « Le forfait social représente 800 millions d’euros prélevés sur les entreprises », a relevé Thibault Lanxade.

Une épargne long terme. Lors de ces rencontres, l'accent a été mis sur l'importance d'une épargne salariale long terme. « Dans le rapport Berger-Lefebvre de 2013, l'idée est d'orienter l'épargne long terme vers les entreprises, il est vrai que c'est un sujet sur lequel on n'avance pas beaucoup », a reconnu Valérie Rabault, députée et rapporteure générale du Budget, tout en prévenant que « l'épargne salariale ne constituera pas un chapitre entier du projet de loi de Finances ». Pour inciter à une conservation de l'épargne sur le long terme ou sur des produits plus risqués, les intervenants demandent également une réduction du forfait social.

Vers l’économie réelle. Une orientation de l'épargne vers les PME doit également être encouragée. Sur ce sujet, le gouvernement examine la modulation du forfait social avec un taux réduit, pour les investissements en fonds socialement responsables ou en fonds d’actionnariat salarié de l’entreprise. Il analyse également la possibilité de développer des fonds PME. Patrick Artus, chef économiste de Natixis, note que le problème de financement des entreprises est centralisé sur les TPE et les startups en l'absence de capital risque. « il faut un financement long et risqué, là où les banques sont moins présentes », a-t-il indiqué. Ce fléchage de l'épargne vers ces entreprises soulève toutefois le problème de la protection de l'épargnant et de la sécurité du placement bien souvent recherchées en épargne salariale. Par ailleurs, l'accueil de la mesure orientant  l’investissement sur les fonds ISR est plus que mitigé, la définition de l'ISR étant pour l'heure jugée trop vague. Selon René Thomas, directeur des avantages sociaux chez Carrefour, « l'investissement solidaire met tout le monde d'accord, à la différence de l'ISR ».

Un accès élargi. Autre point positif, dans le but d'élargir l'accès à l'épargne salariale, le gouvernement regarde la faisabilité, pour une durée limitée, d'un niveau de forfait social incitatif pour les entreprises qui concluraient un premier accord. En effet, moins d’un salarié sur cinq des entreprises de moins de 50 salariés a accès à un dispositif alors que dans les très grandes entreprises, près des deux tiers des salariés disposent de tous les dispositifs.

Face aux critiques de la matinée sur le cadre fiscal, le ministre précise que « les finances publiques ne permettent pas une baisse générale du forfait social».

Autres améliorations. Par ailleurs, des obstacles autres que le forfait social sont rencontrés dans la pratique. Faire preuve de pédagogie vis-à-vis des salariés, en améliorant la communication et la sensibilisation aux risques, reste par exemple un axe de progression.  « Le fonctionnement de l'épargne salariale est difficile à appréhender pour les salariés », a reconnu Valérie Rabault. La réforme doit d'ailleurs actualiser les dispositifs et améliorer l'information des salariés.

Aussi, selon Marie-Christine Coisne-Roquette, présidente de Sonepar, « le risque pour une société non cotée est d’être exposé à la réglementation de l’appel public à l’épargne ». La formule de calcul de la participation est également un point critiqué qui demande une révision. A ce propos, Vianney Mulliez suggère de ne pas appliquer le forfait social à la partie de la formule de calcul dérogatoire allant au-delà de la formule obligatoire.

Parmi les propositions de Michel Bon, président de Fondact, figure aussi l'élargissement de l'épargne salariale à la fonction publique.

Sur les éléments de la réforme, le Copiesas, constitué en juin dernier, doit se prononcer d’ici à fin octobre et les partenaires sociaux d’ici à la fin de l’année. 

Réaction (0)
Service réservé aux abonnés ou Déjà abonné ? Identifiez-vous :
Dernière mise à jour à 16h24
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déjà abonné ? Identifiez-vous.
Pas encore abonné ?

Accédez à une offre plurimédia unique. (Magazine papier et digital, web, mobile, tablette)

Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
L’abonnement comprend :
  • Site web
    Accès illimité
    Un site réservé exclusivement aux abonnés. Version optimisée pour tablettes et smartphones.
  • Magazine
    24 numéros
    Une édition papier (le vendredi, tous les 15 jours) et une édition digitale (parution dès le jeudi) conçue et optimisée pour une lecture sur tablettes et ordinateurs.
  • Newsletters
    Par e-mail
    Deux newsletters indispensables. L’AGEFI Actifs quotidienne et Prévoyance et Retraite hebdomadaire.
Fermer
Abonnez-vous pour 21,50€/mois soit 258€/an
Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
En savoir plus