En ce moment sur l'Agefi Actifs

Le défi de la transformation sociale

Le défi de la transformation sociale

Dans certains secteurs comme le transport aérien, les nouveaux entrants bousculent la concurrence avec de nouvelles règles du jeu, imposant aux acteurs historiques de se réinventer en profondeur.

L’« Uberisation » des taxis français l’a encore montré récemment : aucun secteur n’est à l’abri d’un changement de paradigme - parfois violent - qui peut laisser les acteurs historiques démunis s’ils ne parviennent pas à remettre en cause leur organisation de manière radicale. C’est le cas du transport aérien où, ces dernières années, de nombreuses compagnies ont perdu leur indépendance quand d’autres ont même disparu, à l’instar d’Alitalia, Swissair ou Sabena. « Les anciens opérateurs nationaux sont pris en étau par deux types de concurrence qui menacent leur développement, explique Pierre Nebout, Directeur Adjoint, co responsable de la gestion actions européennes chez Edmond de Rothschild Asset Management (France). Ils doivent, d’une part, faire face aux compagnies aériennes du Golfe qui proposent des services haut de gamme sur les longs courriers, mais à des prix plus compétitifs pour les clients. D’autre part, ils sont confrontés aux compagnies low cost qui cassent les prix sur les courts et moyens courriers, là où la qualité de service ne fait plus la différence.»

Dans un secteur où les marges sont déjà faibles, cette concurrence impose de revoir en profondeur le business model pour rester dans la course. Les leviers sur lesquels les compagnies aériennes peuvent agir sont limités. Le coût des avions et le prix du carburant sont des variables exogènes qui s’imposent à l’entreprise. En y regardant de près, on constate que les nouveaux concurrents font essentiellement la différence sur la productivité de leurs effectifs. Car être l’un des leaders du secteur aérien n’est pas forcément synonyme de profitabilité. Ainsi, « Air France-KLM n’a pas renoué avec les profits depuis 2007, relève Pierre Nebout, en dépit d’une image de marque importante ».

Les compagnies historiques doivent composer avec un facteur travail, le plus souvent l’héritage de compagnies nationales, développées à l’abri de la concurrence, désormais inadapté aux nouvelles règles de la mondialisation. Deux voies sont possibles. La première, souvent privilégiée aux États-Unis, revient à passer par pertes et profits le modèle social pour en adopter un autre, qui donne à l’entreprise les moyens de se battre à armes égales avec les nouveaux entrants. Une piste inenvisageable en Europe, et particulièrement en France. La seconde voie consiste alors à adapter progressivement le corps social à ces nouvelles contraintes. La réussite de la transformation de l’entreprise passe par l’adhésion de l’ensemble des parties prenantes au projet de restructuration. Dans le cas d’Air France-KLM, tous les acteurs concernés peuvent se retrouver associés sur des enjeux de long terme pour assurer la survie de l’entreprise, la pérennité de l’emploi et la création de valeur.

 

Document non contractuel exclusivement conçu à des fins d’information. Les données chiffrées, commentaires et analyses figurant dans cette présentation reflètent le sentiment de Edmond de Rothschild Asset Management (France) et de ses filiales sur les marchés, leur évolution, leur réglementation et leur fiscalité, compte tenu de son expertise, des analyses économiques et des informations possédées à ce jour. Ils ne sauraient toutefois constituer un quelconque engagement ou garantie de Edmond de Rothschild Asset Management (France). Tout investissement comporte des risques spécifiques. Tout investisseur potentiel doit se rapprocher de son prestataire ou conseiller, afin de se forger sa propre opinion sur les risques inhérents à chaque investissement indépendamment de Edmond de Rothschild Asset Management (France) et sur leur adéquation avec sa situation patrimoniale et personnelle.

 

Dernière mise à jour à 14h25
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déjà abonné ? Identifiez-vous.
Pas encore abonné ?

Accédez à une offre plurimédia unique. (Magazine papier et digital, web, mobile, tablette)

Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
L’abonnement comprend :
  • Site web
    Accès illimité
    Un site réservé exclusivement aux abonnés. Version optimisée pour tablettes et smartphones.
  • Magazine
    24 numéros
    Une édition papier (le vendredi, tous les 15 jours) et une édition digitale (parution dès le jeudi) conçue et optimisée pour une lecture sur tablettes et ordinateurs.
  • Newsletters
    Par e-mail
    Deux newsletters indispensables. L’AGEFI Actifs quotidienne et Prévoyance et Retraite hebdomadaire.
Fermer
Abonnez-vous pour 21,50€/mois soit 258€/an
Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
En savoir plus