L'association d'épargnants Afer prépare une assurance vie avec services

Au-delà du rendement, l’Afer mise sur l’innovation pour assurer l’avenir de ses adhérents. Un nouvel instrument pourrait voir le jour à l’été.

Par l'Agefi Quotidien, le 15/01/2016

Gérard Bekerman, président de l'Afer, a une nouvelle fois mis en scène l'annonce du rendement servi cette année par l'association : 3,05 % net de frais. Il est de tradition que les associations d'épargnants soient dans le haut de fourchette en assurance vie – au titre de l'année 2015: 3,15 % pour Gaipare, 3,02 % pour l'Asac Fapès.... Ce taux, identique pour tous leurs adhérents quelle que soit la date de souscription de leur contrat associatif cantonné, focalise tant l'attention que l'annonce majeure de la création d'un nouveau support, Immo Senior, par l'Afer, est quasiment passée inaperçue.

Le principe: créer un instrument offrant certes un rendement financier et tous les avantages de l'assurance vie, y compris en termes de succession, mais aussi, le cas échéant, un accès prioritaire dans un établissement d'hébergement pour personnes âgées (Ehpad). S'il est accepté par les autorités de contrôle, «Afer Immo Senior serait la première unité de compte qui reposerait sur un service»a annoncé Gérard Beckerman.

«Ce n'est pas un contrat dépendance. Il s'agit bien de rester dans la cadre de l'assurance vie avec des versements libres, souligne Michèle Saint-Marc, membre du conseil de l'Afer. La constitution du ou des réseaux d'Ehpad, le niveau minimum de cotisations, et bien d'autres enjeux techniques et opérationnels sont encore à définir. L'Afer souhaite préparer l'avenir de ses adhérents. Or, l'hébergement constitue un coût supérieur aux soins de santé et de dépendance pour les personnes âgées.» Des annonces devraient suivre l'assemblée générale de l'Afer en juin.

L'Afer, qui fête ses 40 ans, a aussi besoin de préparer son propre avenir. Comme les autres associations d'épargnants. Alors que leurs membres vieillissent et que leur collecte nette est à peine positive (Afer), voire légèrement négative (Gaipare), celles-ci doivent se diversifier: contrats Génération vie (Gaipare) ou Eurocroissance (Afer), unités de compte, immobilier, investissements dans les entreprises ou les infrastructures, etc. y participent. La dotation à la provision pour participations aux bénéfices (PPB) aussi. Mise en place l'an dernier, elle atteint 140 millions d'euros (+ 60 millions) à l'Afer, la plus importante association française avec 720.000 adhérents, et 13 millions (+ 1,7 million) chez Gaipare, la plus petite avec 50.000 adhérents de 60 ans en moyenne.