Lancement d’un nouveau label centré sur le «bien-vieillir chez soi»

Le label HS2 vise à promouvoir des logements adaptés à la situation de perte d’autonomie des personnes âgées qui souhaitent rester à leur domicile. Une expérience pilote a pu voir le jour en Guadeloupe.

Adapter la société au vieillissement de sa population est un enjeu majeur pour les prochaines années. A horizon 2060, la France devrait compter près de 24 millions de personnes de plus de 65 ans et 5 millions de personnes de plus de 85 ans. Il y aura également de plus en plus de personnes dépendantes ou dans l’incapacité d’accomplir seules les gestes élémentaires de la vie quotidienne. Dès 2040, près de 1.200.000 personnes seront dépendantes contre 800.000 actuellement. Rester à son domicile plutôt qu’aller en établissement spécialisé est le souhait de nombreuses personnes âgées. Toutefois, il faut pouvoir aménager son logement de façon à favoriser ce maintien à domicile, ce que la réalité du parc immobilier français est loin de pouvoir satisfaire.

C’est dans ce contexte que le groupe de protection sociale AG2R La Mondiale et l’organisme Apave Certification ont lancé le 28 juin le label HS2, dont l’objectif est de «repenser le rôle du logement dans les processus d’accompagnement des seniors pour prolonger, de trois à six ans minimum, le maintien à domicile des personnes âgées et réduire le coût de la dépendance». L’évaluation du logement se fait à l’aide d’une grille de 200 critères qui prend en compte à la fois la qualité de l’immeuble mais aussi la qualité des services disponibles dans la perspective d’un maintien à domicile d’une personne âgée (dispositifs médicaux connectés, suivi nutritionnel personnalisé avec la possibilité de se faire livrer les plats).

Pour donner une dimension concrète aux objectifs du label, l’AG2R La Mondiale s’est associée à la Caisse guadeloupéenne de retraites par répartition (CGRR) et la Mutuelle interprofessionnelle Antilles Guyane (Miag) pour rénover plusieurs logements occupés exclusivement par des locataires âgés en situation de perte d’autonomie. Une résidence de cinquante logements située dans la commune de Baie-Mahault a ainsi pu être réhabilitée selon les critères du label.