La capacité d'épargne des seniors se dégrade

La proportion de seniors en mesure d'épargner a reculé de 19 points depuis 2010, selon la FESP.

Moins de quatre seniors sur dix (37 %) indiquent avoir la possibilité d'épargner à la fin du mois, selon une étude Ifop/Sociovision pour la Fédération du service aux particuliers (FESP) et ses partenaires*. En comparaison, en décembre 2010, ils étaient près de six sur dix (56 %) à pouvoir le faire, soit un recul de 19 points. Un chiffre qui « masque de fortes disparités au sein de ce segment de population que sont les seniors qui constituent une catégorie très hétérogène. L'âge, le statut professionnel (actif ou inactif), l'ancienneté de la retraite, le niveau économico-social sont autant de critères qui segmentent cette population », note la FESP. Dans l’ensemble, les seniors apparaissent « apparaissent majoritairement pessimistes » pour leur propre avenir. Ainsi, seuls 41 % d'entre eux témoignent d'un état d'esprit plus positif quand ils l'évoquent.

Auprès de cette population, les services à la personne gagneraient à être développés davantage. Près de trois seniors sur dix (29 %) indiquent avoir déjà eu recours à ces services, la plupart du temps en déclarant ces services afin de bénéficier d'un crédit d'impôt (26 %). « En revanche, les deux tiers des seniors indiquent n'avoir encore jamais eu recours aux services à la personne ; 7 % de ces derniers précisant avoir l'intention d'y recourir prochainement ». En outre, 12 % des personnes interrogées indiquent rencontrer des difficultés pour trouver un professionnel disponible ou proposant les services souhaités près de chez eux. « L'ensemble de ces résultats indique, dans une logique d'extrapolation, l'ampleur de la place restant à prendre sur le marché des seniors pour un grand nombre d'acteurs du secteur » selon la FESP.

La perspective de pouvoir vieillir au sein de leur domicile demeure enfin « une réalité très marquée » pour eux, poursuit l’étude. Il apparait ainsi que 85 % des séniors interrogés envisagent, dans une projection à 10-15 ans, de vieillir au sein de leur logement actuel, dont 46 % l'envisagent même « tout à fait ».

 

*Saint-Gobain, Malakoff-Médéric/Humanis, IRSAP.