En ce moment sur l'Agefi Actifs

Il faut accompagner le développement de l’épargne retraite

Etats généraux de l’épargne retraite

Il faut accompagner le développement de l’épargne retraite

Parce que les taux de remplacement des retraites obligatoires et complémentaires diminueront avec certitude, il devient inévitable de s’interroger sur la manière de compléter ces pensions, affirment les Etats généraux de l’épargne retraite

 

L’épargne des Français doit être réorientée vers le long terme et vers davantage de risques, a-t-il été exprimé lors des Etats généraux de l’épargne retraite, organisés par la Faider (Fédération des associations indépendantes de défense des épargnants pour la retraite), le 23 mars.

La fourmi serait-elle un autre animal emblématique des Français ? Ceux-ci épargnent en moyenne 15 à 16 % de leurs revenus disponibles car ils sont persuadés de la nécessité de prévoir un ‘’matelas de sécurité’’. « Avec Karine Berger, ce qui nous a frappés lorsque nous avons préparé le rapport sur l’assurance vie rendu public en avril 2013, c’est l’aversion des Français aux risques et leur besoin de liquidité extrêmement fort », se remémore Dominique Lefebvre, député et vice-président de la Commission des finances.

 

Incitations à la retraite supplémentaire. Plus nos concitoyens sont jeunes, plus ils ont intégré la baisse des pensions de retraite. En matière de retraite supplémentaire, «  il y a un important travail à mener afin de faire prendre conscience aux Français que s’ils souhaitent une retraite de qualité, ils doivent se pencher sur la question. La plupart de nos concitoyens souhaitent accéder à des solutions simples. Il suffit de se reporter au succès de l’épargne salariale », estime Alain Giffard, secrétaire national de la CFE-CGC.

Pour Laurent Rabaté, directeur de la protection sociale à l’IUMM, la retraite supplémentaire doit prendre sa place et se développer car si l’immobilier et l’assurance vie sont privilégiés en vue de préparer financièrement cette période, ce ne sont pas des outils spécifiques. Les dispositifs de retraite supplémentaire pâtissent également d’une instabilité des règles fiscales qui vient entraver la lisibilité des produits. Et ce n’est jamais le bon moment de se poser la question des retraites supplémentaires pour les pouvoirs publics parce que l’urgence est en premier lieu sur les retraites obligatoires puis sur les retraites complémentaires. Au final, « le paysage de l’épargne retraite est très compliqué et peu lisible pour l’ensemble des Français », déplore-t-il. En vue d’y remédier, il préconise d’instaurer la portabilité des contrats, d’améliorer l’information à l’assuré et de rendre possible l’abondement individuel par les PME, sans passer par les plans collectifs.

 

Tenir compte du coût élevé. Les produits de retraite par capitalisation permettent de traiter l’ensemble des situations auxquelles doivent faire face nos concitoyens. En PERP ou en produits Madelin, la sortie exclusive en rente est de rigueur car elle est indispensable, une fois la retraite entamée. Un million de Français ont contracté une retraite Madelin  et entre 60.000 et 70.000 personnes viennent grossir les rangs des possesseurs de ces contrats chaque année. Pour avoir versé 50.000 euros sur un Madelin, un titulaire perçoit 2.000 euros de revenus annuels additionnels au moment de la retraite. « Ces dispositifs répondent-ils aux enjeux de financement ? Il faut prendre conscience que la retraite a un coût élevé  et que les incertitudes relatives à l’espérance de vie complexifie la donne », remarque Valéry Jost, délégué général de l’Agipi.

Selon Arnaud de Bresson, délégué général de l’association Paris Europlace, avec la diminution du taux du forfait social de 20 % à 8 %  sur les primes versées pour l’épargne salariale, la loi Macron est un premier pas en faveur de ce dispositif. En 2014, les avantages fiscaux consentis à l’épargne salariale ont représenté un manque à gagner de 2 milliards d’euros pour l’Etat. Il faut cependant aller plus loin si l’on souhaite inciter les Français à compléter le financement de leur retraite.

Réaction (0)
Service réservé aux abonnés ou Déjà abonné ? Identifiez-vous :
Dernière mise à jour à 14h01
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déjà abonné ? Identifiez-vous.
Pas encore abonné ?

Accédez à une offre plurimédia unique. (Magazine papier et digital, web, mobile, tablette)

Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
L’abonnement comprend :
  • Site web
    Accès illimité
    Un site réservé exclusivement aux abonnés. Version optimisée pour tablettes et smartphones.
  • Magazine
    24 numéros
    Une édition papier (le vendredi, tous les 15 jours) et une édition digitale (parution dès le jeudi) conçue et optimisée pour une lecture sur tablettes et ordinateurs.
  • Newsletters
    Par e-mail
    Deux newsletters indispensables. L’AGEFI Actifs quotidienne et Prévoyance et Retraite hebdomadaire.
Fermer
Abonnez-vous pour 21,50€/mois soit 258€/an
Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
En savoir plus