Fiscalité comportementale

DR

Les Français étant (hyper) sensibles à l’impôt, les pouvoirs publics ont régulièrement appris à en tirer avantage en menant le jeu de la carotte et du bâton. Avec un brio certain d’ailleurs dans le domaine de l’épargne, afin de promouvoir un secteur d’activité, une classe d’actifs ou, à l’inverse, dissuader des excès liés à un trop bon filon. On n’épiloguera pas sur le sujet tant celui-ci est connu de tous. Cela étant, l’imagination étant au pouvoir, il semble que l’on vient de vient de franchir une nouvelle étape en matière de fiscalité. Et qui pourrait faire date. A l’initiative, Bercy.