Epargne salariale : le succès se confirme

Le nombre d’entreprises proposant un plan d’épargne entreprise a progressé de 11 % en 2019.

L’effet Pacte, la suppression du forfait social et la mobilisation des acteurs sur le terrain et des pouvoirs publics a conduit l’opération de séduction de l’épargne salariale et de l’épargne retraite d’entreprise a marqué des points en 2019. Selon l’enquête annuelle de l’Association Française de la Gestion financière (AFG) publiée jeudi 9 avril, le nombre d’entreprises proposant un plan d’épargne entreprise a progressé de 11 % (378 000 entreprises au total) et le nombre d’entreprises équipées d’un PERCO ou PER d’entreprise Collectif de 22 % (264 000 entreprises au total). Ces deux véhicules affichent désormais un encours de 20 milliards d’euros, soit une hausse de 20% sur un an – dont 3 milliards sur les nouveaux PER d’entreprise Collectifs. Ces chiffres portent à 10,9 millions le nombre de bénéficiaires, et 3,1 millions bénéficiaires d’un PERCO ou nouveau PER d’entreprise Collectif.

Par ailleurs, les versements sur les dispositifs d’épargne salariale et d’épargne retraite collectif pour 2019 ont atteint 15,5 milliards d’euros (+325 millions d’euros par rapport à l’année précédente). Dans le détail, l’intéressement forme l’essentiel des versements (5,4 milliards d’euros) devant la participation (3,95 milliards d’euros) et l’abondement (3,3 milliards d’euros). La part des versements volontaires (2,9 milliards d’euros) est restée stable, contrairement aux trois précédentes natures de versements qui progressent tous entre 1 % et 3,5 %.

En matière de répartition de l’épargne, sur les 144,2 milliards d’euros d’encours réparties sur les différentes catégories de fonds d’épargne salariale, ce sont les supports actions qui captent l’essentiel des versements via l’actionnariat salarié (38%), les fonds actions (12%), et les fonds mixtes (23 %). L'actionnariat salarié représente 54,7 milliards des encours, en hausse de 19 %, une progression qui s’explique par l'effet marché. "Les fonds d’actionnariat ont subi des rachats importants de près de 5,4 milliards d’euros (+21%) et malgré une collecte brute en hausse de 5%, ils affichent une collecte négative sur l’année de 2,3 milliards d’euros", indique l'AFG. A noter que les fonds diversifiés avec plus de 89 milliards d’euros ont progressé de 13% sur un an, et représente 62% des encours.