Aider la génération « pivot »

Elle aide à la fois ses parents vieillissants et ses enfants pour leurs études ou en recherche d’emplois tout en faisant face à ses propres difficultés. Cette génération silencieuse, qui a besoin d’être soulagée, est un vrai territoire de diversification pour les assureurs
Jean-Luc Gambey, associé, Molitor Consult

Elle ne fait pas beaucoup parler d'elle. Et pourtant, la fameuse génération « pivot» ou « sandwich »», constituée des personnes de 50-65 ans aidant à la fois un enfant et un parent, est un pilier des solidarités familiales.

Les assureurs doivent apporter des solutions concrètes. C’est la première fois que ces personnes s’impliquent autant envers toutes les générations en faisant face à une augmentation de l’accompagnement aux deux extrémités de la courbe des âges en raison à la fois de l’allongement de la vie et de celui de la jeunesse avec la difficulté pour cette dernière à trouver un 1er emploi.

Les problèmes rencontrés sont d’abord liés à l’accompagnement des parents : le manque de temps pour aider, la lourdeur de l’aide apportée, la difficulté à rencontrer le bon interlocuteur pour y faire face, à lutter contre la solitude de la personne. Ensuite, vis-à-vis des enfants, les préoccupations sont davantage liées au poids financier qu’ils représentent. S’ajoute à cela, les propres obstacles qu’ils rencontrent !

Alors que de nombreux spécialistes travaillent sur le sujet (sociologues, médecins, économistes,…) les assureurs, eux, sont très timides et doivent apporter leurs contributions à la réflexion et également essayer d’apporter quelques solutions concrètes à cette génération pivot.

Enrichir les solutions de services en prévoyance. Ainsi la prévoyance, pourrait être le cadre pour l’intégration de garanties et de services spécifiques à cette génération : que ce soit le « congé » dépendance rémunéré ou le « congé » rémunéré de solidarités familiales, en passant par une aide au financement de la scolarité ou un plan d’épargne spécial « Tanguy » ou bien encore, des services associés permettant de faire gagner du temps à cette génération pivot ou de la soulager administrativement, psychologiquement, … .

Les offres et les services à proposer ne manquent pas, seule la volonté semble, pour l’instant, absente, car il y a de vrais besoins, des potentiels de développement et un véritable territoire de différenciation pour les assureurs.