« Les entreprises compatibles avec les ODD affichent une meilleure rentabilité que les autres »

Par Daniel C. Roarty, Chief Investment Officer – Actions thématiques et durables chez AB
Dans une tribune rédigée sous forme de questions-réponses, Daniel C. Roarty, Chief Investment Officer – Actions thématiques et durables chez AB, explique comment les critères ESG et les objectifs de développement durables des Nations Unies (ODD) sont pris en compte et intégrés dans sa gamme et en quoi ils peuvent améliorer la rentabilité globale d’un portefeuille.
DR

L’engouement pour l’investissement responsable pousse pratiquement toutes les sociétés de gestion à prétendre qu’elles agissent de manière responsable et qu’elles appliquent depuis longtemps les critères ESG dans leur processus d’investissement. Qu’en pensez-vous ?

Dan Roarty. - Nous pensons effectivement que l’investissement responsable est devenu une priorité pour les investisseurs. De nombreuses sociétés de gestion, y compris la nôtre, incorporent depuis de nombreuses années les critères ESG dans leurs travaux de recherche.  Certaines investissent dans des thèmes liés au développement durable. D’autres se contentent de faire de l’écoblanchiment. Nous pensons qu’il est tout aussi important de comprendre les stratégies d’investissement responsable des sociétés de gestion que de comprendre les autres aspects de leur philosophie d’investissement. Il convient de se demander si leur processus d’investissement repose sur des fondations solides, si elles ont investi dans la recherche en investissement responsable et si elles sont des leaders d’opinion. Surtout, elles doivent pouvoir prouver que les facteurs ESG influent réellement sur les investissements qu’elles réalisent pour le compte de leurs clients.

Comment intégrez-vous les principes d’investissement responsable dans votre processus d’investissement ?

- Nous choisissons des thèmes compatibles avec les Objectifs de développement durable des Nations unies (ODD). Les ODD nous offrent une définition précise et exhaustive de la notion de développement durable. Nous en avons donc fait la clé de voute de notre processus d’investissement. Chaque titre détenu en portefeuille doit contribuer directement à la réalisation d’au moins un des ODD.  Nous analysons également les fondamentaux des entreprises selon un processus "bottom-up", y compris les facteurs ESG importants auxquels elles sont confrontées.  Ces facteurs ont une incidence directe sur l’évaluation des entreprises et font donc partie intégrante de notre processus de sélection de titres. Enfin, nous abordons les problématiques ESG avec les dirigeants des entreprises détenus en portefeuille pour mieux en comprendre les enjeux et formuler des prévisions plus fiables. 

Selon vous, quels sont les thèmes d’investissement durable les plus intéressants en matière d’impact environnemental ou d’impact sociétal ?

- Nous investissons dans des entreprises qui proposent des produits et services qui nous permettent d’atteindre les ODD. Nous répartissons ces entreprises entre trois thèmes principaux : le climat, la santé et l'autonomisation. Parmi les principaux enjeux propres à ces thèmes figurent l’inclusion financière, l’accès à des soins de santé à coût abordable, l’égalité entre les sexes, l’efficacité énergétique, la production bas carbone et l’eau.  L’eau est un enjeu particulièrement intéressant en ce qu’il couvre plusieurs catégories thématiques (santé et climat) et plusieurs zones géographiques.  Les pays émergents font face à un problème d’accès, alors que le problème des pays développés est le vieillissement des infrastructures. D’après l’Organisation mondiale de la santé, 2,1 milliards de personnes n’ont aucun accès en eau potable. Nous investissons dans des fournisseurs d’équipement pour le traitement des eaux usées comme Xylem et des entreprises de distribution de l’eau comme American Water Works et Beijing Ent Water. Nous sommes convaincus que le traitement et la gestion de l’eau représentent un thème à fort potentiel de croissance compte tenu des investissements nécessaires pour lutter contre la pénurie d’eau dans le monde. Nous pensons que les entreprises de distribution en eau sortiront leur épingle du jeu dans un contexte de correction boursière ou de récession économique.               

Comment choisissez-vous les entreprises les plus porteuses liées à ces thèmes ?

- Nous avons créé une « carte des produits et services » qui recense les produits et les services qui nous permettront d’atteindre les ODD et d’identifier de nombreuses entreprises privées dont le chiffre d’affaires provient en partie de la vente de produits et services de ce genre.  Toutes les entreprises détenues en portefeuille doivent réaliser une partie de leurs revenus grâce à eux.  Notre unité de recherche analyse ensuite méticuleusement les fondamentaux de ces entreprises. Pour ce faire, elle conçoit des modèles financiers exclusifs, dialogue avec les dirigeants des entreprises concernées, identifie et quantifie les risques importants (y compris les risques ESG) et formule des prévisions relatives au taux de rentabilité interne à 5 ans.  Seules les entreprises dont les activités sont largement compatibles avec les ODD, dont les fondamentaux sont jugés satisfaisants et qui offrent un ratio risque/rendement attractif sont intégrées en portefeuille.   

Pouvez-vous nous donner des exemples d’entreprises que vous appréciez et nous dire pourquoi ?

- ETSY est un site de vente en ligne dédié aux produits uniques, dont l’activité est compatible avec les ODDNU 5 (égalité entre les sexes) et 8 (Travail décent et croissance économique).  Grâce à son modèle d’exploitation, ETSY responsabilise financièrement ses quelques 2 millions de vendeurs en leur donnant accès à des millions de clients aux quatre coins du monde.  Fait unique : la quasi-totalité des clients des petites entreprises opérant sur ETSY sont des femmes, tout comme plus de la moitié des salariés du groupe.  La nouvelle équipe de direction a redynamisé la croissance et a amélioré la performance opérationnelle du groupe.  Nous sommes convaincus qu’ETSY offre un ratio risque/rendement très attractif à 5 ans au regard des multiples de valorisation actuels.   

Nous avons également investi dans le fabricant d’isolants Kingspan, dont les matériaux ont permis d’économiser l’équivalent énergétique de 100 millions de barils de pétrole, 19 millions de voitures, 61 centrales électriques et 4,3 fois l’électricité utilisée dans le Grand Londres en 2017. Les activités de Kingspan sont liées à l’ODDNU 7 (Énergie propre et d’un coût abordable).  Les produits innovants de Kingspan et la pénétration croissante des isolants à haute performance devraient permettre au groupe de croître plus rapidement que le marché des matériaux de construction. La pénétration des isolants à haute performance reste relativement faible en Europe (40%) et aux États-Unis (12%) et elle représente entre 5% et 10% de la croissance du chiffre d’affaires sur le long terme.

Ecolab est un prestataire de services industriels solidement implanté sur les marchés de la gestion rationnelle de l’eau, des équipements sanitaires et de l’efficacité énergétique. Ses activités recoupent plusieurs ODDNU, dont l’ODDNU 6 (Eau propre et assainissement). Passé maître dans l’art de réduire la consommation d’eau dans les processus de production, Ecolab a pour objectif de faire économiser près de 1364 milliards de litres d’eau d’ici à 2030, soit l’équivalent de la consommation annuelle d’eau potable d’un milliard de personnes. Parmi les principaux vecteurs de croissance structurelle figurent la pénurie d’eau, le vieillissement démographique, la pression sur l’offre en soins de santé et l’augmentation de la demande en énergie provenant de sources d’approvisionnement qui consomment beaucoup d’eau.

Êtes-vous soumis à des contraintes géographiques ou pouvez-vous investir dans des entreprises prometteuses du monde entier ? Où dénichez-vous les opportunités ?

- Nous ne sommes soumis à aucune contrainte géographique. Nous réalisons des travaux de recherche exhaustifs qui nous obligent à nous déplacer partout dans le monde pour rencontrer des familles, des entrepreneurs et des agents publics afin d’obtenir des informations sur l’accès à l’éducation et aux soins de santé, sur l'automisation des femmes et sur les comportements des consommateurs.  Nous découvrons ainsi des entreprises et obtenons des informations qui échappent au marché et qui peuvent être source d’investissements potentiels ou de travaux de recherche futurs. La plupart de ces opportunités de produits et de services se trouvent dans les pays émergents, mais il arrive souvent que des entreprises cotées dans les pays développés saisissent des opportunités de ce type.

Comment se comportent les sociétés que vous choisissez en termes de valorisation, de sensibilité et de corrélation au marché ?

- Le portefeuille affiche une croissance des chiffres d’affaires, une croissance des bénéfices par action (BPA) et une rentabilité des capitaux propres plus fortes que le marché. Sa valeur liquidative est donc légèrement supérieure à celle du marché élargi. Le coefficient bêta est proche de 1 : notre portefeuille est composé exclusivement d’actions mondiales. 

Nos travaux indiquent que les entreprises dont les activités sont compatibles avec les ODD affichent une meilleure rentabilité, des rendements des dividendes plus importants, une valeur comptable plus élevée, des bénéfices de meilleure qualité, qu’elles jouissent de facteurs de croissance et de tendance plus favorables, qu’elles sont moins sensibles à la conjoncture et qu’elles sont moins endettées. Dans la mesure où notre portefeuille se distingue par sa forte croissance et par la qualité des titres qui le composent, il a tendance à signer de meilleures performances lorsque le marché récompense les facteurs liés à la croissance et la qualité. En revanche, comme la stratégie favorise les prises de risque dynamiques, elle a tendance à signer de moins bons résultats lorsque les investisseurs sont moins confiants vis-à-vis des perspectives et qu’ils réduisent leur exposition aux marchés actions, ce qui renforce les corrélations.