Evaluer autrement les sociétés de gestion de portefeuilles

Par Anne Delaroche, conseillère en gestion de patrimoine, présidente de Delaroche Patrimoine et Vincent Auriac, conseiller en investissement financier, président d’Axylia
Dépasser les critiques du greenwashing et proposer une nouvelle grille de lecture pour évaluer les sociétés de gestion de portefeuilles en matière d’ESG. C’est possible sur la base de trois critères enfin compréhensibles des CGP, leurs clients et les sociétés de gestion de portefeuilles (SGP).

La finance responsable a-t-elle encore une crédibilité ? Les études publiées en septembre dernier dénonçaient un greenwashing organisé. Les excès de langage sont toujours nuisibles à l’économie réelle. Reconnaissons cependant que la multiplicité et la complexité des critères retenus pour analyser les placements dits vertueux ne clarifient pas la situation. Aussi, les CGP peinent à discerner les sociétés de gestion de portefeuilles et leurs offres. Il en est de même pour les Français alors qu’ils sont 60% à accorder de l’importance aux impacts environnementaux et sociaux dans les décisions de placements (IFOP/ Septembre 2020). N’oublions pas également qu’ils marchent pour le climat et ont marqué un fort intérêt pour les Accords de Paris.

Trois critères

Pour donner un nouvel élan à la finance responsable, la simplicité est primordiale.
C’est pourquoi, plusieurs CGP ont mis au point le Clean Score® sur la base de ce qu’ils pratiquent dans leur cabinet et de ce qui leur paraît important au moment de choisir un partenaire société de gestion. Cet outil utilise trois critères ESG, compréhensibles de tous et sur lequel les SGP « ont la main » : le climat, la philanthropie et la mixité. Ce dernier critère peut interroger et pourtant, seulement 26% des femmes figuraient parmi les plus hautes rémunérations des Sociétés de Gestion de Portefeuilles alors que 62% des répondants à l’enquête ont estimé que la mixité au sein de l’équipe de direction avait un impact positif sur l’attractivité auprès des recrues potentielles .

Les CGP face à des choix

Utopique le Clean Score® ? Les performances ESG des entreprises sont devenues des piliers incontournables pour la jeune génération. Elles conditionnent la performance économique des entreprises et donc de la société toute entière. De même, il est urgent que les sociétés de gestion qui fabriquent les fonds de placement s’emparent de ces enjeux pour mieux répondre aux attentes du client final. Une récente étude de l’AMF indique que 57% des Français pensent qu'un placement responsable ne l'est jamais totalement. Or, bientôt, les CGP vont bientôt devoir questionner leurs clients sur leurs attentes extra-financières. Il sera alors possible d’observer un passage  entre un ISR de l’offre vers un ISR de la demande.

Les CGP vont devoir sélectionner les SGP qui les accompagneront dans cette mutation. Le Clean Score® est là pour les aider. En France, il existe 680 sociétés de gestion pour plus de 5000 conseillers en gestion de patrimoine. Nous formons le vœu que bientôt les SGP affichent les meilleures performances ESG. Quand cela sera le cas, l’industrie de la gestion d'actifs et le monde auront alors beaucoup changé.