Un bilan positif pour les OPCI

L'étude du marché des OPCI publiée par l'AFG et l'Aspim montre une forte croissance des encours de ces produits entre 2013 et 2016.

L’Association française des sociétés de placement immobilier (Aspim) et l’Association française de la gestion financière (AFG) viennent de publier la deuxième édition de l’étude du marché des OPCI 2017.

Réalisée avec le concours de l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF), cette étude montre que ces véhicules ont maintenant trouvé leur place, aussi bien auprès des institutionnels que du grand public.

Ainsi, les encours des OPCI sont passés de 34,6 milliards d’euros fin 2013 (date à laquelle étaient arrêtées les données pour la première étude sur les OPCI publiée par l’AFG et l’Aspim) à 78,1 milliards d’euros fin 2016. L’encours des OPCI destinés aux particuliers passe ainsi de 1,2 milliard à 10,4 milliards pendant cette période et celui des fonds institutionnels passe de 33,4 milliards à 67,7 milliards d’euros.

Sur la seule année 2016, l’ensemble des OPCI progresse de 26,4 % (78,1 milliards d’euros d’encours fin 2016 contre 61,8 milliards fin 2015). Dans le détail, les fonds institutionnels voient leurs encours croître de 19,4 % en un an (à 67,7 milliards d’euros fin 2016 contre 61,8 milliards fin 2015) et ceux des fonds destinés aux particuliers font plus que doubler (10,4 milliards d’euros fin 2016 contre 5,1 milliards fin 2016).

Dans un communiqué commun, Pierre Bollon, délégué général de l’AFG, et Arnaud Dewachter, délégué général de l’Aspim, saluent conjointement « le très remarquable parcours des OPCI depuis une décennie qui est un signe supplémentaire de l’attente des investisseurs, quel que soit leur type, vers un actif tangible, de long terme et géré suivant les standards les plus exigeants de la régulation. Cette montée en puissance doit être appréciée par les pouvoirs publics comme une source croissante de financement des besoins immobiliers de l’économie et de la société françaises ».