Les réticences de l'AMF sur le durcissement de la TTF

Interrogé dans Les Echos sur le récent gonflement de la taxe sur les transactions financières (TTF) de 0,2 à 0,3% en France, le président de l'AMF Gérard Rameix a regretté les «contre-signaux» envoyés par Paris aux entreprises étrangères surtout en période de Brexit. «A moins d'avoir une taxe couvrant au minimum tout le continent européen, il y a un risque fort que certaines activités se déplacent ailleurs qu'en France. Tout cela ne peut que brouiller le message envoyé à la Place et surtout à l'extérieur de nos frontières», a-t-il expliqué.