Des signes de convergence des comportements dans la zone euro

Dans son dernier tableau de bord de l’épargne en Europe, L’Observatoire de l’Epargne Européenne (OEE) constate que les comportements d’épargne dans la zone euro commencent très progressivement à converger. Ainsi, les ménages d’Espagne et d’Italie semblent revenir vers les taux d’épargne élevés observés en Allemagne, en France et en Belgique. Au troisième trimestre 2013, le taux d’épargne brute, en pourcentage du revenu disponible brut s’élevait, pour l’Allemagne, à 16,2 %, 15,7 % pour la Belgique, 11,3 % pour l’Espagne (données au second trimestre), 15,2 % pour la France, 12,7 % pour la France.

Cependant, cette tendance est à relativiser car « une analyse plus fine montre que de fortes divergences apparaissent ou s’accentuent entre l’Allemagne et les autres pays en matière de placements financiers », précise l’organisme. En effet, la hausse du revenu brut disponible des ménages allemands a contribué à soutenir les placements financiers dans ce pays, alors qu’ils sont devenus, presque partout ailleurs, beaucoup plus faibles qu’avant la crise financière.

L’OEE constate aussi que l’épargne bancaire résiste bien en France où « la rémunération après impôt, relativement favorable de l’épargne réglementée tire vers le haut les taux offerts sur l’ensemble des produits bancaires qui ont de ce fait bien résisté ».

En revanche, les ménages français restent toujours éloignés des marchés d’actions – et n’ont donc pas profité de l hausse des marchés en 2013 – aussi bien pour les titres en direct que dans les OPCVM.