Valérie Baudson va devoir amplifier le virage d’Amundi vers les ETF

Olivier Pinaud
Spécialiste de ce métier, la nouvelle DG pourrait avoir à piloter l'intégration de Lyxor si la filiale de la Société Générale ne lui échappe pas.

Une décennie après la création d’Amundi, Yves Perrier va céder la direction générale du gérant d’actifs à Valérie Baudson. Yves Perrier prendra la présidence du groupe, à la place de Xavier Musca. Cette évolution de la gouvernance, à laquelle la filiale du Crédit Agricole travaillait depuis plusieurs mois, sera effective à l’issue de l’assemblée générale du 10 mai 2021.

Yves Perrier dirige Amundi depuis la création de l’asset manager en 2010, né de la fusion de Crédit Agricole AM et de Société Générale AM, ensemble qu’il a ensuite conduit en Bourse en 2015. «Il m’est apparu que le moment était venu de faire évoluer la gouvernance» car «il faut savoir faire ce type d’évolution quand les choses vont bien», a expliqué Yves Perrier lors d’une conférence de presse. Or, selon le directeur général (DG), 2020 a été une «grande année» pour Amundi, au niveau des «performances financières» mais aussi «pour la foison d’initiatives stratégiques qui vont alimenter la croissance future», comme le renouvellement de l’accord avec la Société Générale, l’acquisition de Sabadell, ou la création de la nouvelle ligne métier Amundi Technology.

Yves Perrier a souligné qu’Amundi avait réalisé, fin 2020, le meilleur trimestre de son histoire, avec un bénéfice net ajusté de 288 millions d’euros au quatrième trimestre, malgré un ralentissement dans le rythme de collecte.

Pour Valérie Baudson, qui a souligné l’«honneur de succéder à Yves Perrier», le «maître-mot sera la continuité». La future DG est un pur produit maison. Elle a démarré sa carrière dans la BFI du Crédit Agricole avant de rejoindre Amundi il y a 14 ans. Elle est membre du comité exécutif depuis 2013 et du comité de direction générale depuis 2016. Elle supervisait notamment le métier ETF, Indiciel & Smart Beta qu’elle a créé et développé depuis 2008.

Sa connaissance des ETF n’est pas anodine dans le choix de Valérie Baudson, au moment où Amundi «veut se développer dans les ETF», comme l'a souligné Yves Perrier. Avec 158 milliards d'euros d'encours fin 2020, Amundi n'est que le numéro 5 de la gestion passive en Europe, loin derrière l'américain BlackRock (près de 450 milliards), derrière l'allemand DWS (182 milliards) et au coude-à-coude avec son compatriote Lyxor (140 milliards). D'où les vues du groupe sur la filiale de la Société Générale. Yves Perrier n’a pas souhaité commenter ce dossier.