Une victoire de Joe Biden serait favorable aux actions européennes

L'Agefi Quotidien
L’apaisement des tensions commerciales et le plan de relance promis par le candidat démocrate pourraient avantager le marché européen. Un statu quo serait moins favorable.
Le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden et sa colistière, Kamala Harris. Source : Joebiden.com [nid: 87495]

La grande crainte des investisseurs est qu’il n’y ait pas de résultat clair au lendemain de l’élection présidentielle américaine le 4 novembre. De sorte que, quel que soit le vainqueur, Donald Trump pour un second mandat ou Joe Biden, une victoire claire et sans contestation possible sera bien accueillie sur les marchés actions. Néanmoins, seule une victoire de Joe Biden profitera aux valeurs européennes, y compris au Sénat (Dem sweep). «Un tel scénario est perçu comme plus reflationniste et donc plus favorable à l’Europe que le statu quo républicain», affirme Emmanuel Cau, stratégiste actions chez Barclays. Une victoire de Donald Trump serait surtout favorable aux valeurs américaines, et à un aplatissement de la courbe donc aux valeurs de croissance. De plus, l’accentuation de la pression de l’administration Trump via des hausses tarifaires serait même négative pour certains secteurs européens comme l’automobile ou la construction aéronautique.

A l’inverse, une victoire large de Joe Biden pourrait tourner les investisseurs vers les actions en dehors des Etats-Unis. «Cela s’explique par la diminution potentielle des incertitudes commerciales, le renforcement des liens entre les Etats-Unis et l’Europe et le stimulus budgétaire, qui semblent tous trois plus probables avec une administration démocrate», poursuit le stratégiste. Cela pourrait accélérer la rotation en dehors des actions américaines et vers la value, donc vers l’Europe. La politique de Joe Biden pourrait affaiblir le dollar et accentuer la pentification de la courbe des taux américains.

Hausse de l'impôt sur les sociétés à 28 %

Par ailleurs, deux des mesures phares du candidat démocrate seront favorables aux actions européennes. En relatif par rapport aux valeurs américaines d’abord, pour ce qui est du projet de hausse de 21% à 28% de l’impôt sur les sociétés. «Les bénéfices des entreprises européennes semblent moins vulnérables à la hausse des impôts et à un durcissement de certaines régulations», note Emmanuel Cau. Sauf le secteur pharmaceutique dont les groupes européens pourraient être affectés par la politique démocrate, jugent les analystes de State Street. Le plan de relance de 2.000 milliards de dollars que veut consacrer le candidat démocrate aux infrastructures et au verdissement de l’économie américaine serait également favorable aux entreprises européennes dans la construction, les matériaux, les énergies propres et la technologie. «Plus globalement ces politiques auraient un effet accélérateur sur des thèmes déjà joués en Europe comme l’ESG», poursuit le stratégiste. L’Europe, qui est en avance sur les Etats-Unis pour ce qui est de la transition vers les actifs ESG, bénéficierait alors indirectement de ces investissements.