En ce moment sur l'Agefi Actifs

Une année 2013 atypique pour le foncier rural

Lu pour vous

Si l’intérêt patrimonial du foncier rural n’est absolument pas remis en cause pour les investisseurs fortunés, l’année 2013 a tout de même été marquée par une conjoncture particulièrement difficile sur ce secteur.  Ainsi, à la lumière de la note de conjoncture annuelle publiée par Agrifrance, le département de BNP Paribas spécialisé sur le marché du foncier rural, on constate que, pris en tenailles entre un environnement économique en berne et de mauvaises conditions climatiques, les marchés agricole et viticole ont montré quelques signes d’essoufflement.

Sur le foncier agricole, Agrifrance constate toujours une pénurie de l’offre de qualité. Malgré cela, si les prix progressent de 1 % par rapport à l’année précédente, à 5.345 euros par hectare, cette progression reste bien inférieure aux 5,1 % en moyenne observés sur les dix dernières années. Benoît Léchenault, responsable d’Agrifrance, souligne néanmoins que ces prix « restent bien plus bas que dans d’autres pays d’Europe, comme l’Italie ou la Belgique où ils peuvent atteindre 20.000 euros par hectare ».

Les vignes françaises ont, pour leur part, été touchées par les aléas climatiques et les maladies qui peuvent en découler. Elles ont ainsi subi une année 2013 difficile, particulièrement dans le bordelais, qui pourrait avoir des conséquences en 2014. En effet, les concurrents de la France sur le marché international du vin, comme l’Italie, l’Australie ou la Californie ont, de leur côté, connu une très bonne année de vendanges.

En moyenne, les prix des vignes ont donc plutôt stagné par rapport à 2012, à 130.000 euros par hectare, mais cette moyenne reste tirée par les prix très élevés des vignobles de Champagne (à 1,2 million d’euros, en moyenne, par hectare) et le très haut de gamme

Pour la forêt, la situation est paradoxale : si les prix, à 4.000 euros par hectare, restent, selon Agrifrance, « très bon marché », le cours du bois a connu un rattrapage ces derniers mois. « Après une baisse continue depuis quatre ans, les prix du bois ont progressé, en moyenne, de 15 % en 2013 », explique Benoît Léchenault

Enfin, crise oblige, Agrifrance a constaté un fort ralentissement de la demande sur les propriétés d’agrément. « Les acheteurs sont devenus beaucoup plus sélectifs et l’offre a tendance à augmenter », précise Benoît Léchenault. Une situation d’autant plus problématique que, sur ce créneau, les biens qui restent en vente longtemps tendent à perdre leur caractère d’exception dans l’esprit des potentiels acquéreurs.

Lire l’intégralité sur www.agefiactifs.com. 

Réaction (0)
Service réservé aux abonnés ou Déjà abonné ? Identifiez-vous :
Dernière mise à jour à 14h25
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déjà abonné ? Identifiez-vous.
Pas encore abonné ?

Accédez à une offre plurimédia unique. (Magazine papier et digital, web, mobile, tablette)

Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
L’abonnement comprend :
  • Site web
    Accès illimité
    Un site réservé exclusivement aux abonnés. Version optimisée pour tablettes et smartphones.
  • Magazine
    24 numéros
    Une édition papier (le vendredi, tous les 15 jours) et une édition digitale (parution dès le jeudi) conçue et optimisée pour une lecture sur tablettes et ordinateurs.
  • Newsletters
    Par e-mail
    Deux newsletters indispensables. L’AGEFI Actifs quotidienne et Prévoyance et Retraite hebdomadaire.
Fermer
Abonnez-vous pour 21,50€/mois soit 258€/an
Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
En savoir plus