Un outil d’investissement encore subsidiaire

Les particuliers en France restent moins utilisateurs des informations fournies par les organismes de notation d’OPCVM que les Anglo-Saxons
Ces notes se révèlent cependant utiles pour les gestionnaires en leur donnant des arguments lorsqu’ils partent à la conquête de nouveaux marchés
Fotolia

Faut-il faire confiance aux étoiles ? Morningstar, Quantalys ou EuroPerformance, qui vient tout juste de modifier son système de notation (lire ci-après), attribuent depuis plusieurs années déjà des notes quantitatives aux OPCVM commercialisés en France. L’objectif de tous ces organismes de notation est le même : offrir aux investisseurs ou leurs conseillers des outils pour les aider à choisir le mieux possible les fonds sur lesquels ils vont investir ou faire investir leurs clients.