En ce moment sur l'Agefi Actifs

Les investisseurs anticipent des marchés d’actions positifs en 2015

Les investisseurs anticipent des marchés d’actions positifs en 2015

Selon la cinquième édition de l’enquête mondiale 2015 sur le Sentiment des Investisseurs de Franklin Templeton, Plus de la moitié des investisseurs mondiaux interrogés pensent que leur marché boursier domestique va générer des performances positives en 2015

Pour sa cinquième édition, l’Enquête mondiale 2015 sur le Sentiment des Investisseurs de Franklin Templeton a recueilli les réponses de plus de 11 500 investisseurs dans 23 pays répartis, en Amérique, en Afrique, en Asie-Pacifique et en Europe. Dans cette étude, les personnes interrogées (entre le 12 février et le 2 mars 2015 pour tous les pays) ont décrit leurs comportements et leurs attentes pour 2015 ainsi que pour les dix prochaines années.

« De nombreux marchés à travers le monde ont profité d’une forte croissance au cours des dernières années », a déclaré Dominique de Préneuf, Directeur Général de Franklin Templeton France. « Les investisseurs sont optimistes, mais ce sentiment peut se fonder sur une mauvaise compréhension de la performance des marchés. Il est aujourd’hui nécessaire d’analyser la valeur sous-jacente des entreprises, des secteurs et des pays car nous sommes susceptibles d’avoir à affronter de nouvelles crises ».

Les investisseurs anticipent des performances boursières positives en 2015

Plus de la moitié (58%) des investisseurs mondiaux interrogés pensent que leur marché boursier domestique va générer des performances positives en 2015. Les investisseurs des Etats-Unis / Canada (64%) se montrent les plus optimistes à ce sujet, suivis de près par les européens (62%) et les investisseurs de la zone Asie-Pacifique (56%). Les investisseurs d’Amérique Latine (46%) sont les moins nombreux à anticiper une performance positive de leur marché boursier domestique, le nombre d’investisseurs anticipant un déclin du marché a doublé depuis l’année précédente.

Lorsqu’il s’agit des perceptions des performances passées, l’enquête a démontré de manière constante que la perception des investisseurs diverge souvent de la réalité des faits. L’édition 2015 montre que plus de la moitié (55%) des investisseurs pense que leur marché boursier domestique a généré une performance positive l’année précédente, or 60% des investisseurs sont dans l’erreur étant donné que seuls 8 des 23 marchés étudiés (35%) ont terminé l’année avec une performance positive en 2014.

En France, 46% des investisseurs pensent que le marché boursier a terminé l’année dans le vert en 2014, alors que l’indice CAC 40 a terminé en retrait de 0.5% sur l’année.

Les actions restent plébiscitées alors que l’économie mondiale pourrait susciter quelques inquiétudes

Pour la seconde année consécutive, les actions sont en tête des classes d’actifs privilégiées par les investisseurs en termes de rentabilité attendue. 57% des personnes interrogées cette année s’attendent à ce que les actions figurent parmi les trois classes d’actifs les plus performantes de l’année 2015. L’immobilier (52%) et les métaux précieux (39%) arrivent en deuxième et troisième position.

Ce trio a connu peu de changement au cours des trois dernières années, et même sur un horizon de plus long terme, les investisseurs mondiaux continuent de classer les actions (55%), l’immobilier (55%) et les métaux précieux (42%) parmi les trois classes d’actifs les plus performantes pour les dix prochaines années.

La France ne déroge pas vraiment à cette tendance puisque pour 2015, les actions (52%) se classent premières parmi les trois classes d’actifs censées générer les meilleures performances, suivies des métaux précieux et de l’immobilier (45% ex-aequo). Sur une vision plus long terme, les attentes varient peu par rapport à l’année passée puisque les investisseurs français classent encore une fois l’immobilier (57%), les actions (47%) et les métaux précieux (45%) parmi les trois classes d’actifs les plus rentables à horizon dix ans.

Les investisseurs mondiaux ont également identifié leurs trois principales sources d’inquiétudes relatives à leurs investissements : la santé de l’économie mondiale (38%), la politique fiscale des gouvernements (32%) et la crise de la dette dans l’Eurozone (32%). L’économie mondiale suscite les plus grandes craintes pour les investisseurs des Etats-Unis / Canada (48%) et de la zone Asie-Pacifique (40%). En Amérique Latine, les investisseurs sont davantage soucieux de la politique fiscale gouvernementale et de l’inflation (respectivement 39 et 37%), tandis qu’en Europe l’inquiétude est principalement nourrie par la crise de la dette dans l’Eurozone (48%).

Les investisseurs français sont, à l’instar de leurs pairs européens, principalement préoccupés par une possible crise des dettes souveraines dans l’Eurozone (49%), et sont également inquiets du niveau de chômage et de la santé de l’économie mondiale (ex-aequo à 41%).

La gestion du risque est déterminante

Si les actions sont vues comme la classe d’actifs générant la meilleure performance tant à court terme qu’à long terme, les investisseurs mondiaux les considèrent aussi comme la classe d’actifs la plus risquée en 2015 ainsi que pour la décennie à venir. 35% des investisseurs pensent que les actions sont l’une des trois classes d’actifs présentant le plus de risques pour 2015, avec l’Euro (34%) et les matières premières hors métaux précieux (32%). Ce trio reste inchangé à l’horizon 2025, mais à cette échéance les investissements alternatifs se classent seconds ex-aequo avec l’Euro et les matières premières hors métaux précieux (32%) en termes de risque.

Etant donné les risques pesant sur des classes d’actifs attractives pour les investisseurs, un très grand nombre d’entre eux (94%) considèrent la gestion du risque comme une expertise importante. En Amérique Latine, ce jugement est plus tempéré, puisque 70% des investisseurs la jugent assez importante ou très importante.

La majorité des investisseurs mondiaux (55%) pense que leur stratégie d’investissement sera plus défensive en 2015. La Malaisie est particulièrement prudente pour 2015 puisque 71% des investisseurs du pays indiquent adopter une stratégie d’investissement plus conservatrice cette année. A contrario, 63% des investisseurs chinois disent adopter une stratégie plus offensive cette année.

Les investisseurs français sont légèrement plus nombreux cette année qu’en 2014 (57% contre 56%) à souhaiter adopter une stratégie plus défensive pour l’année à venir, et ils sont même un sur quatre à déclarer se montrer très défensifs cette année.

Investir au-delà des frontières

Au niveau mondial, plus des deux-tiers des investisseurs pensent que les meilleures performances actions et obligataires se trouveront en dehors de leur pays d’origine, ce qui s’inscrit dans la tendance observée par nos enquêtes de 2013 et 2014. C’est en Italie et au Chili que les investisseurs se montrent les plus enclins à investir sur les marchés étrangers, puisque 85% de ces investisseurs s’attendent à ce que les meilleures opportunités des classes actions et obligations se trouvent en dehors de leurs frontières.

Le biais domestique, toutefois, est toujours répandu aux Etats-Unis et au Canada alors qu’il est peu présent en Europe, ce que l’on observe depuis 2013 dans nos enquêtes. Aux Etats-Unis / Canada, 43% des investisseurs considèrent que leur pays offre les meilleures opportunités sur les actions à long-terme, et 47% les meilleures opportunités obligataires sur longue période. L’Europe est la zone où les investisseurs sont les moins enclins à décrire leur marché domestique comme la meilleure zone où investir à long-terme : les Européens sont en effet seulement 16% à préférer leur zone pour les investissements en actions et 20% pour leurs investissements obligataires.

Bien que moins négatifs sur les opportunités de long-terme de leur marché, les investisseurs d’Amérique Latine se disent de moins en moins enclins à investir à long terme dans leur pays : 18% d’entre eux pensent que les actions de leur marché généreront la meilleure performance à long-terme, et 22% d’entre eux pensent que les obligations de leur marché génèreront la meilleure performance à long terme.

En France, comme en 2014, les investisseurs continuent de penser à que l’Asie va offrir les meilleures rentabilités actions en 2015 (25%) et au cours des 10 prochaines années (28%). 19% des investisseurs français pensent que leur marché domestique pourrait offrir les meilleures opportunités obligataires en 2015, mais l’Asie leur semble la zone la plus attractive (20%) à l’horizon 2025 pour cette classe d’actifs. On remarque ainsi que les investisseurs français sont une très large majorité à identifier les meilleures performances obligataires hors du territoire, en 2015 (81%) comme pour la prochaine décennie (83%).

Les marchés émergents et développés ne perçoivent pas les risques de la même manière

Lorsqu’il s’agit d’évaluer les principaux risques pesant sur leurs investissements, pays émergents et développés ne s’accordent pas. Les investisseurs des pays émergents sont environ deux fois plus nombreux à s’inquiéter de l’inflation, de la hausse des taux d’intérêt et des conséquences de la chute des prix du pétrole que leurs pairs des pays développés. A l’inverse, les investisseurs des marchés développés sont presque deux fois plus nombreux que les investisseurs des pays émergents à se soucier de la soutenabilité de la dette dans l’Eurozone.

Sécurité et qualité de vie influencent les objectifs d’investissement

Au niveau mondial, les investisseurs ont classé la retraite, l’organisation de vacances, et l’anticipation des de situations d’urgence dans leurs trois principaux objectifs d’investissement pour l’année à venir. La retraite est la préoccupation première des investisseurs des Etats-Unis / Canada (73%) et de la zone Asie / Pacifique (43%). En Amérique Latine, la priorité se porte sur l’achat d’une nouvelle maison (50%) et sur l’investissement au sein d’une entreprise ou sa création (48%), tandis qu’en Europe l’accent est mis sur l’organisation de vacances (49%).

En France, l’organisation de vacances (60%) s’affiche également comme l’un des trois principaux objectifs d’investissement, suivi par les travaux de rénovation et la préparation de la retraite et (ex-aequo 44%).

Si les priorités varient selon les régions et reflètent un besoin de sécurité et de qualité de vie, la grande majorité des investisseurs mondiaux (81%) sont confiants dans l’atteinte de leurs objectifs financiers. Les plus optimistes à cet égard sont les investisseurs d’Inde, des Emirats Arabes Unis et de Chine (plus de 90% collectivement). L’Europe et les Etats-Unis / Canada affichent la plus forte progression en termes d’optimisme par rapport à 2014. La confiance des investisseurs des Etats-Unis / Canada s’est améliorée de 4% depuis l’année dernière, pour atteindre 87%, tandis que celle des investisseurs d’Europe a progressé de 3% pour atteindre 77%. La confiance dans la réalisation des objectifs financiers se maintient par rapport à 2014 pour la région Asie-Pacifique, tandis que pour la seconde année consécutive les investisseurs d’Amérique Latine perdent confiance à hauteur de 11% en variation annuelle, et leur optimisme passe ainsi de 93% en 2014 à 82% en 2015.

En France, un regain d’optimisme de 12% a été observé depuis 2014 chez les investisseurs, soit le plus fort regain de confiance dans le monde en un an avec la Chine. Les investisseurs nationaux sont ainsi 72% à se dire optimistes dans la réalisation de leurs objectifs financiers, et 9% se déclarent même très optimistes.

Réaction (0)
Service réservé aux abonnés ou Déjà abonné ? Identifiez-vous :
Dernière mise à jour à 14h25
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déjà abonné ? Identifiez-vous.
Pas encore abonné ?

Accédez à une offre plurimédia unique. (Magazine papier et digital, web, mobile, tablette)

Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
L’abonnement comprend :
  • Site web
    Accès illimité
    Un site réservé exclusivement aux abonnés. Version optimisée pour tablettes et smartphones.
  • Magazine
    24 numéros
    Une édition papier (le vendredi, tous les 15 jours) et une édition digitale (parution dès le jeudi) conçue et optimisée pour une lecture sur tablettes et ordinateurs.
  • Newsletters
    Par e-mail
    Deux newsletters indispensables. L’AGEFI Actifs quotidienne et Prévoyance et Retraite hebdomadaire.
Fermer
Abonnez-vous pour 21,50€/mois soit 258€/an
Découvrez toutes nos offres
L’Agefi Actifs, le seul dispositif d'information plurimedia réservé aux professionnels du patrimoine
En savoir plus