Tribune Allocation

Les infrastructures comme alternative 

Mike Brooks, Aberdeen Standard Investments, estime que les infrastructures sont particulièrement bien adaptées au cycle économique actuel
Il n’élude pas les problèmes qui peuvent toucher ces actifs, comme le manque de liquidité ou les risques intrinsèquement liés aux projets
Mike Brooks, Head of Diversified Assets, Aberdeen Standard Investments

Avant la crise financière, les portefeuilles types étaient traditionnellement constitués de 60 % d’actions et de 40 % d’obligations, les investisseurs les plus audacieux s’aventurant sans doute sur les segments de la dette émergente ou des émissions à haut rendement pour dynamiser leur investissement. Mais cette approche a depuis évolué et les investisseurs ont désormais accès à des solutions alternatives comme les infrastructures renouvelables, l’immobilier social résidentiel, le financement de litiges ou les royalties issus des soins de santé, entre autres.