5ème baromètre de l'AFFO

Les family office ont plébiscité le non coté en 2019

Gaétan Pierret
Le baromètre 2019 de l’Association française du family office confirme l’appétence des familles pour le private equity et l’immobilier.

Le non coté a la cote chez les family office. Private equity et immobilier auront été ainsi les placements gagnants des familles en 2019. Dans le détail selon le résultat du baromètre de l’Association Française du Family Office (AFFO) publié hier, les familles ont majoritairement plébiscité le private equity (21%), l’immobilier (18%) avant les actions cotées (17%) pour leurs investissements. L’assurance-vie multi-support arrive en 4ème position (13%) suivie de la trésorerie et fonds en euros (12%). Seules 7% d’entre elles ont investi dans des actifs tangibles (forêts,or, foncier vignobles,...). A l’inverse, la dette cotée et les produits de taux (3%) accusent une baisse de 4 points par rapport à la même étude réalisée un an plus tôt. Enfin, la philanthropie et la dette non cotée restent stables à 3%, ainsi que les fonds alternatifs à 2%.

Cette sélection de classes d’actifs assez hétérogène se traduit également dans la typologie d’investisseurs. Comme les années précédentes, le profil équilibré a été majoritairement retenu par les familles (64% des personnes interrogées), suivi du profil prudent (17%), du profil offensif (11%) et enfin du profil dynamique (8% seulement). Plus de la moitié des familles ont augmenté leurs investissements par rapport à 2018 (52%), relève l'AFFO.

Parmi les raisons pouvant justifier ces préférences, le contexte économique est resté l’élément déterminant. Ainsi, le niveau bas des taux d’intérêt et la politique des banques centrales ont été cités (61% des répondants) avant la forte valorisation des actifs non cotés (59%) et les tensions politiques dans le monde (52%). Assez étonnamment, seuls 9% des sondés affirment que le Brexit a eu un impact sur leurs choix d’investissements.

Pour l’année 2020, toujours selon l’étude, la part du private equity en investissements directs (78%) et via des fonds (69%) devrait augmenter, ainsi que celle de la part de l’immobilier d’investissement (49%). Quant aux autres actifs tangibles -Forêts, Vignoble, Foncier agricole, or…- ils marquent marquent une forte hausse par rapport à 2019 (+18 points de pourcentage). A l’opposé, la part de la dette cotée et produits de taux devrait continuer à diminuer.