Le crowdfunding dépasse le milliard d'euros de collecte

Les plateformes de financement participatif ont collecté 1,02 milliard d’euros, soit une croissance de 62 % par rapport à l’année 2019.
Source : Pixabay

Il y a des secteurs qui ne connaissent pas la crise. Alors que l’assurance vie faisait grise mine l’année dernière, le crowdfunding était lui en plein essor. Financement Participatif France (FFP), l’association qui rassemble les acteurs du milieu, publie la deuxième édition de son baromètre annuel sur le secteur et annonce une collecte record.

Une collecte en hausse depuis 5 ans

1,02 milliard d’euros ! C'est le montant collecté l’année dernière par l’ensemble des plateformes du crowdfunding. C’est 62 % de plus que l’année précédente.

Collecte du crowdfunding (en millions d'euros)

Source : Financement Participatif France

Derrière ces chiffres se cachent évidemment des effets d’aubaine. La conjoncture a poussé les Français à se tourner vers les solutions d’épargne en ligne, comme en témoignent les fortes collectes annoncées par certains acteurs (Yomoni, Nalo,…).

Les plateformes ont également trouvé un second souffle grâce aux pouvoirs publics. Le gouvernement a en effet permis à celles qui ont le statut d’intermédiaire en financement participatif (FIP) de distribuer les prêts garantis par l’Etat. Ces fameux PGE ont constitué « une nouvelle catégorie d’instruments de financement » que les sociétés de crowdfunding ont pu proposer aux TPE et PME et qui ont permis au secteur d’asseoir « sa crédibilité dans les circuits de financement de l’économie », avance Jérémie Benmoussa, président de la FFP et de FundImmo. Au total, ce sont près de 5 millions d’euros de PGE qui ont été octroyés par des sociétés de crowdfunding à 94 entreprises.

Crise oblige, plusieurs projets de solidarité ont été développés, dopant la croissance du financement en don. Alors que ce segment stagnait autour de 80 millions d’euros ces deux dernières années, il a connu un pic en 2020, avec une collecte de 218,5 millions d’euros, dont 52 millions à destination de projets humanitaires et solidaires. « Le contexte de crise sanitaire (...) a suscité, dès le premier confinement, des élans de générosité et de mobilisation des citoyens via les plateformes de crowdfunding sans précédent, avec des dons de 246 euros en moyenne pour la catégorie don sans récompense (versus 93 euros en 2019) », explique FFP dans son baromètre.

En parallèle de la conjoncture, il semble bien que le secteur du crowdfunding, marché encore de niche, parvienne enfin à gagner ses lettres de noblesse. « On voit arriver des opérateurs immobiliers traditionnels. Des acteurs financent même certaines opérations spécifiques uniquement par le crowdfunding », explique David Peronnin, dirigeant de ClubFunding spécialisé dans l’immobilier et qui a récemment lancé une société de gestion.

Le financement participatif en prêt tire le secteur vers le haut

Dans le détail, le segment du prêt apparait comme le moteur de la croissance du crowdfunding : il a collecté plus de 741 millions d’euros (contre 508 en 2019) et représente 90,5 % des volumes collectés. A noter qu’il s’agit principalement d’opérations de financement de promoteurs immobiliers. « Le secteur de l’immobilier représente 555 millions d’euros, soit 75 % de la collecte en prêt, confirme FFP. Le second secteur reste celui de l’environnement et des énergies renouvelables avec 96 millions d’euros collectés suivi par les commerces et services (44 millions d’euros) ».

Le secteur à l’assaut des clients patrimoniaux ?

Si la conjoncture a bien participé à l’essor du crowdfunding l’année dernière, la question de sa croissance au retour à la normale se pose. Pour David Peronnin, « le secteur est loin d’avoir atteint un plateau ». D’autres sources de croissance sont à aller chercher. Le dirigeant de ClubFunding entend bien partir à la conquête des clients patrimoniaux (et donc des CGP). « On sent bien un intérêt de la part des conseillers pour ce type d’investissement », indique-t-il.

(1) Baromètre du crowdfunding en France en 2020 Mazars pour Financement Participatif France. Ce baromètre se fonde sur les données déclaratives communiquées entre le 11 et le 28 janvier 2021 par les 60 plateformes qui représentent l’essentiel de l’écosystème du financement participatif en termes de volumes traités. Données complétées par les informations publiques de plateformes n’ayant pas répondues à l’enquête