La richesse mondiale a augmenté de 2,6% l’an dernier

Selon le Global Wealth Report de Credit Suisse, les Etats-Unis, la Chine et l’Europe sont les plus gros contributeurs à cette évolution.

NewsManagers (Groupe L’Agefi)

L'année écoulée a été marquée par une hausse de 2,6% de la richesse au plan mondial pour s'établir à 360.000 milliards de dollars à la mi-2019, soit une fortune moyenne par adulte de 70.850 dollars, en progression de 1,2% par rapport au niveau observé à la mi-2018, selon la dixième édition du Global Wealth Report, l'étude sur la fortune mondiale des ménages réalisée par le numéro deux bancaire helvétique. Les Etats-Unis, la Chine et l’Europe sont les plus gros contributeurs à cette évolution avec des augmentations de respectivement 3.800 milliards, 1.900 milliards et 1.100 milliards de dollars.
Les Suisses restent les plus riches

La Suisse occupe toujours la première place mondiale en termes de fortune par habitant. L'an dernier, celle-ci a augmenté de 17.790 dollars en moyenne, la hausse la plus importante constatée au plan international, selon l’étude. En Suisse, la fortune des ménages a connu une croissance annuelle moyenne de 2% depuis 2000. Avec des avoirs moyens par adulte de 564.650 dollars en 2018, les Helvètes restent les plus riches au monde, selon l'étude.

Une grande partie de cette évolution est due au renchérissement du franc par rapport au dollar. Les effets de change ne sont pas à négliger. D'autres pays riches, comme l'Australie ou la Norvège, en ont vu les conséquences, dans un sens inverse. La richesse moyenne par ménage exprimée en dollars a diminué de 28.670 dollars pour les Australiens l'an dernier et de 7.520 dollars pour les Norvégiens.

Le monde comptait en 2018, par ailleurs, 46,8 millions de millionnaires, soit 1,1 million de plus qu'un an plus tôt. Les Etats-Unis, avec 675.000 nouveaux millionnaires, ont contribué pour plus de la moitié à cette hausse. Ce pays reste un facteur majeur de la croissance de la fortune, avec la Chine et l'Europe. Pour ce qui concerne le groupe des particuliers très fortunés (UHNWIs), le document évalue à 55.920 le nombre d’adultes dont la fortune s’inscrit à au moins 100 millions de dollars, et à 4.830 le nombre de ceux disposant de plus de 500 millions de dollars d’actifs.

Pour la première fois cette année, la Chine compte davantage de membres dans le top 10% (100 millions) que les Etats-Unis (99 millions). Les marchés émergents, y compris la Chine, deviennent de plus en plus importants pour l’économie mondiale, représentant les deux tiers de la croissance réelle de la richesse depuis 2008, soit le double de la contribution de l’Amérique du Nord. En Europe en revanche, la croissance moyenne de la richesse moyenne en dollar a été négative, en raison pour partie du recul de l’euro.
63 millions de millionnaires en 2024

Credit Suisse note encore une diminution des inégalités depuis 2000 dans la plupart des pays. Les 90% les moins riches possédaient l'an dernier 18% de la fortune des ménages au plan mondial, contre 11% au tournant du siècle.

Au cours des cinq prochaines années, la richesse mondiale pourrait s’accroître de 27% pour atteindre 459.000 milliards de dollars en 2024, selon les estimations de Credit Suisse. Les pays à revenus moyens ou inférieurs sont responsables de 38% de cette croissance alors qu’ils ne représentent actuellement que 31% de la richesse mondiale. Le nombre de millionnaires devrait aussi fortement augmenter à près de 63 millions, tandis que le club des particuliers très riches (UHNWIs) comptera 234.000 membres.