La production française accélère, celle de la zone euro ralentit

L’indice PMI IHS Markit manufacturier pour la France est passé de 50,6 en mai à 51,9 en juin tandis que celui de la zone euro est passé de 47,7 en mai à 47,6 en juin

Selon l’indice PMI France de l’industrie manufacturière, le secteur manufacturier français enregistre sa plus forte croissance depuis neuf mois, passant de 50,6 en mai à 51,9 en juin. Pour rappel, un indice au-dessus de 50 augure une progression de l’activité alors qu’au contraire, un indice sous la barre des 50 prévoit un ralentissement.

Cette tendance en France résulte de la première hausse de la production depuis février ainsi que d’une légère augmentation du volume global des nouvelles commandes. Parallèlement, la baisse des stocks d’intrants a ralenti au cours du mois, affichant son rythme le plus faible depuis quatre mois, tandis que le taux de création de postes a atteint un pic de près d’un an, explique l’organisme dans une note.

« La conjoncture du secteur manufacturier français s’est nettement améliorée en juin. Les fabricants français ont en effet signalé une expansion de leurs niveaux de production et du volume des nouvelles commandes au cours du mois, la première depuis février. Portée par le retour à la hausse de ces deux variables, la croissance du secteur a atteint un sommet de neuf mois. Les entreprises interrogées expliquent ce renforcement de la croissance par un environnement plus favorable à la demande, celui-ci ayant stimulé les ventes et favorisé une nouvelle progression de l’emploi ainsi qu’une reprise de l’activité achats », commente Eliot Kerr, économiste à IHS Markit.

En zone euro, la situation est différente, avec un indice PMI IHS Markit pour l’industrie manufacturière qui se contracte pour un cinquième mois consécutif en juin, passant de 47,7 en mai à 47,6. L’indice présente de forte disparités régionales : 52,4 pour la Grèce (plus bas de 19 mois), 51,9 pour la France (plus haut de 9 mois), 50,7 pour les Pays-Bas (plus bas de 72 mois), 49,8 pour l’Irlande (plus bas de 73 mois), 48,4 pour l’Italie, (plus bas de 3 mois), 47,9 pour l’Espagne (plus bas de 74 mois), 47,5 pour l’Autriche (plus bas de 55 mois) et 45 pour l’Allemagne, (plus haut de 4 mois). Chris Williamson, Chief Business Economist à IHS Markit, déclare que « La moyenne trimestrielle de l’indice enregistre ainsi son plus bas niveau depuis le premier trimestre 2013 et un niveau conforme à une baisse de la production industrielle de l’ordre 0,7 % au deuxième trimestre 2019. Les faibles performances de l’industrie manufacturière devraient ainsi constituer un frein majeur à la croissance économique de la région ». Il estime aussi « qu’une amélioration prochaine des performances du secteur semble en outre peu probable, les indicateurs prospectifs de l’enquête continuant d’afficher des niveaux excessivement bas, laissant craindre une nouvelle détérioration de la conjoncture économique au deuxième semestre 2019. »