Fidelity détaille le fonctionnement de ses frais de gestion variables

Lancés le 1er mars 2018 pour une première vague de fonds, les frais de gestion variables seront d’abord appliqués aux catégories de parts sans rétrocession de commissions.
Fotolia

On en sait plus sur les modalités du nouveau modèle de tarification de Fidelity International reposant sur une échelle variable et permettant de partager les risques mais aussi la performance avec le client (voir la vidéo de Jean-Denis Bachot, directeur France de Fidelity International). Dans le détail, la société de gestion va réduire les frais de gestion fixes de 0,1% sur les nouvelles catégories de parts dites à frais de gestion variables. En outre, la partie variable des frais de gestion va s’adapter à la hausse ou à la baisse en fonction de la surperformance ou sous-performance du fonds par rapport à son indicateur de référence prédéfini, net de tous frais. « Cette fourchette atteindra un maximum de +0,2% au-dessus du niveau de frais de gestion fixes (plafond) et un minimum de -0,2% en dessous des frais de gestion fixes (plancher) », précise un communiqué. Enfin Fidelity indique que les niveaux maximum et minimum de frais de gestion seront atteints lorsque le fonds surperforme l’indicateur de référence de +2% (niveau plafond) ou sous-performe de -2% (niveau plancher) sur une base annuelle, et sur une période de 3 années glissantes.

Lancés le 1er mars 2018 pour une première vague de fonds, les frais de gestion variables seront d’abord appliqués aux catégories de parts sans rétrocession de commissions (« clean share class ») de 10 fonds actions gérés activement (5 OEICs et 5 SICAVs ; sous réserve de l’accord des autorités réglementaires), représentant près de 17% des encours sous gestion de l’ensemble des fonds actions de Fidelity. Les clients étant investis via des mandats et fonds dédiés tels que les investisseurs institutionnels auront accès à une version sur mesure du modèle de frais de gestion variables au regard des spécificités de leurs véhicules d’investissement.

Dans un exemple, l'établissement montre que pour une Sicav affichant des frais de gestion fixes actuels de 0,8% pourrait voir ses frais réduits jusqu’à 0,5% en cas de sous-performance et revus à la hausse jusqu’à 0,9% en cas de surperformance. Soit seulement 10 points de base au-dessus de son niveau actuel de frais en cas de surperformance, mais 30 points de base en dessous en cas de sous-performance.

Par ailleurs, le gérant américain rappelle qu'en octobre dernier, il s'était engagé à réduire les frais de gestion fixes d’un niveau au moins équivalent au coût de la recherche externe. Etabli à 2,28 points de base pour l’ensemble de notre gamme, indique-t-il, l’abaissement des frais de gestion fixes de 10 points de base est quatre fois supérieur au coût de la recherche externe.