Dix investisseurs institutionnels français créent trois fonds d’investissements de place « ambition climat »

Dans le but de répondre aux objectifs de l’Accord de Paris, dix investisseurs recherchent des sociétés de gestion qui auront pour mission de proposer des méthodes innovantes pour intégrer la lutte contre le réchauffement climatique dans la gestion financière.

Le cahier des charges est désormais connu. La décision de dix investisseurs institutionnels français de créer trois fonds d’investissements de place pour lutter contre le réchauffement climatique est passé en mode pratique. La Caisse des Dépôts, EdF, et huit grands assureurs français - Allianz France, Aviva France, Axa France, BNP Paribas Cardif, CNP Assurances, Macif, Maif et la Société Générale Assurances recherchent des sociétés de gestion qui auront pour mission de "proposer des méthodes innovantes pour intégrer la lutte contre le réchauffement climatique dans la gestion financière".
 
Dans le détail, il s’agit de sélectionner les futurs gérants de trois nouveaux fonds « ambition climat » dont deux fonds seront investis en actions européennes et le troisième en obligations européennes « investment grade ». Les trois fonds totaliseront initialement 500 millions d’euros, dont environ 200 millions d’euros pour chaque fonds action et 100 millions d’euros pour le fonds obligataire.

Les sociétés de gestion qui peuvent candidater sur une classe d’actifs ou les deux à la fois  seront sélectionnées par le Comité de Sélection des investisseurs. Dans un communiqué, l’AFG qui soutient cette initiative avec l’Af2i et Finance For Tomorrow indique sur son site les caractéristiques de cette initiative. Il est précisé notamment que les sociétés de gestion devront mettre en œuvre dans les fonds une stratégie très ambitieuse d’alignement climatique avec les objectifs de l’Accord de Paris, avec un haut niveau de reporting et de transparence sur les méthodes utilisées à cette fin. Par ailleurs, la gestion des fonds devra viser un couple rendement/risque cohérent avec celui de la classe d’actif, et une bonne diversification, notamment sectorielle, des portefeuilles.

Les investisseurs s’engagent pour trois ans au moins et les sociétés de gestion devront préciser un plan de progrès sur la mise en œuvre des méthodes d’alignement sur cette durée. Pour être éligibles, les sociétés de gestion candidates devront justifier d’au moins 2 millions d’euros d’actifs sous gestion. En outre, les sociétés de gestion seront sélectionnées par le Comité de Sélection des investisseurs en deux tours : 6 finalistes au plus seront retenus à l’issue d’un examen des dossiers de candidatures, à communiquer par les candidats avant le 31 décembre prochain. Enfin, les trois sociétés finalement retenues le seront à l’issue d’un second tour oral.

A noter que les documents de mise en concurrence sont téléchargeables sur le site de l’AFG pour les sociétés de gestion membres de l’association : https://www.afg.asso.fr