Des ménages français plus riches mais plus prudents

Si le patrimoine des ménages a atteint un niveau jamais égalé, en revanche les Français privilégient les dépôts ou l’assurance-vie aux actifs plus risqués, comme les actions.

Le patrimoine brut des Français a atteint un niveau encore jamais égalé selon le Focus patrimoine des ménages d’ING, publié le 26 avril 2018. Il représente ainsi 5.233 milliards d’euros au troisième trimestre 2017 (contre 4.820 milliards un an auparavant) en hausse de 8,5% sur un an, soit son plus haut niveau historique.  C’est l’équivalent de 178.200 euros par ménage, soit 15% de plus que les ménages allemands.

Ce patrimoine était pour l’essentiel constitué de dépôts (25,6%) et d’assurances vie (36,7%). Les actifs plus risqués (actions cotées, obligations et fonds de placements) ne représentent qu’une part limitée du total du patrimoine (12%). Ces résultats rejoignent les conclusions du baromètre de l’épargne de l’AMF selon lequel si 78% des Français déclarent épargner, 52% d’entre eux refusent tout risque sur leurs placements quitte à endurer une rémunération faible. Et en effet, le patrimoine étant investi dans des actifs comportant moins de risques, les actifs financiers produisent moins de valeur : soit 2% de rendement par an sur les 5 dernières années, contre 4,2% entre 1996 et 2000.

Dans la durée, l’immobilier occupe toujours la place la plus importante dans le patrimoine total (55% en 2016), mais sa part a baissé depuis 2008 - à cause de la stagnation des prix de l’immobilier - au profit du patrimoine financier. 

Sur les trois premiers trimestres 2017, le flux effectif d’épargne représente 140 milliards d’euros, contre 100 milliards en 2016. Depuis 2014, cela représente un total de 260€ par mois et par ménage en moyenne.