« Des banques plus sûres : la question reste posée »

La séparation des activités bancaires sera en pratique « plus ou moins lourde de conséquences », selon entre autres l’étendue de l’exception liée aux activités menées pour le compte de clients
Philippe Goutay, Of Counsel, avocat au Barreau de Paris, Jones Day

Sur le site internet de l’Agefi.fr, Philippe Goutay, Of Counsel, avocat au Barreau de Paris, Jones Day s’est intéressé à la Proposition européenne pour la restructuration des établissements de crédit. Dans le dernier paragraphe de cette tribune, il souligne le fait que la séparation des activités bancaires sera en pratique « plus ou moins lourde de conséquences », selon l’étendue de l’exception liée aux activités menées pour le compte de clients, et les seuils qui seront retenus dans le cadre de règlements délégués pour conduire les autorités nationales à exiger le transfert voire la cessation de certaines activités de négociations, en ce compris la tenue de marché.

L’intégralité de la tribune est à lire sur le site de l’Agefi.fr