Carmignac a collecté 3,7 milliards d'euros en 2021

Réjane Reibaud
Elle met ainsi fin à une spirale de décollecte commencée en 2018 pendant laquelle ses encours sont passés de près de 60 milliards d'euros à moins de 40 milliards.

Carmignac confirme son redressement. La firme créée par le désormais milliardaire Edouard Carmignac, et qui figure parmi les sociétés de gestion favorites des gestionnaires de patrimoine, affiche à fin 2021 41,7 milliards d’encours sous gestion après une collecte nette annuelle de 3,7 milliards d’euros. Elle met ainsi fin à une spirale infernale de décollecte commencée en 2018 pendant laquelle elle avait vu ses encours chuter et revenir de près de 60 milliards sous gestion à moins de 40 milliards.

L’établissement de la place Vendôme indique avoir enregistré une collecte nette positive l’an dernier sur tous ses marchés phares que sont la France, l’Italie, l‘Espagne ou encore l’Allemagne et le Royaume-Uni. Si la stratégie Carmignac Patrimoine (le FCP et la Sicav) a par contre affiché des sorties nettes d’environ 600 millions d’euros (pour un encours de 10,2 milliards fin 2021) en raison d'une performance décevante (-0,88% sur l'année), l’ensemble de la gamme patrimoniale (actions, obligations et diversifiés) est dans le vert en termes de collecte. Carmignac Patrimoine Europe a enregistré des souscriptions de son côté de 400 millions nets.

Dans ce contexte, les recrutements sont allés bon train, les effectifs dépassant désormais les 300 personnes. Les équipes de gestion ont été renforcées avec par exemple Apolline Menut (économiste zone euro), ou Abdelak Adjriou (gérant obligataire), mais les recrues ont aussi concerné d’autres fonctions comme le digital, le commercial ou la gestion des risques.

Le pari de la Chine

Pour 2022, une année qui commence de façon "inhabituelle" selon Edouard Carmignac, qui dit n'avoir "jamais vu une telle divergence entre les optimistes qui pensent que les marchés vont encore croître et les autres qui pensent que les marchés vont corriger sévèrement", la société de gestion se veut contrariante en pariant notamment sur la Chine. "La Chine fera partie des meilleurs marchés de l'année 2022", estime le fondateur. Le tout grâce à un fort rebond qu'il anticipe pour le troisième trimestre. Au premier trimestre, le pays devait encore être affecté par le Covid et les différentes restrictions mais les politiques accommodantes devraient faire leur effet.

L'Europe de son côté devrait continuer son parcours de croissance grâce notamment à une politique de vaccination efficace, à condition toutefois que le conflit Ukraine/Russie ne vienne pas gâcher la fête. Quant aux Etats-Unis, le pays devrait ralentir, mais cela sera un ralentissement "salvateur", selon Frédéric Leroux, membre du comité stratégique d'investissement, après la surchauffe inflationniste de fin 2021 début 2022. Le pays aura encore de sérieux problèmes à régler comme par exemple l'inflation des prix immobiliers (y compris à la location).