Les taux soutiennent une "hausse artificielle" des prix à Paris

Dans une note d'analyse, MeilleursAgents explique que sans baisse des taux immobiliers, la hausse des prix dans les zones tendues (Paris en tête) n'aurait sans doute pas eu lieu. 

"Sans baisse des taux (-0,5%), les prix auraient mécaniquement baissé de -2 à -5% depuis le début de l’année alors que les hausses atteignent +1,1% à Paris, +0,8% en petite couronne, +1,0% à Lyon et jusqu’à +1,5% à Bordeaux", détaille la note qui ajoute que le gain de pouvoir d’achat généré par la baisse des taux ne profite donc qu’aux ménages solvables et dont l’emploi est stable.