Patrimoine et Immobilier

Une place à part pour un actif difficile à jauger dans une allocation globale

Représentant 60 % du patrimoine brut des ménages français, l’immobilier ne doit pas être exclu des réflexions d’allocation, d’autant que les particuliers, fortunés ou non, ne jurent que par cet actif - Si sa contribution à la diversification d’un portefeuille n’est plus à démontrer, sa place n’en demeure pas moins complexe à analyser au regard de ses spécificités d’actif peu liquide et indivisible.

Si les professionnels admettent largement que l’immobilier n’est pas un actif sans risque, les particuliers, à l’inverse, semblent percevoir la pierre comme un investissement on ne peut plus sûr. Celui qui reste et qui ne baissera pas. Des propriétés gravées dans l’inconscient collectif qui n’ont pas été démenties ces dix dernières années. Les gérants de patrimoine peuvent argumenter autant qu’ils veulent en faveur des marchés financiers, les particuliers ne vont pas changer de comportement de sitôt.