Record historique pour la production de crédit en octobre

20,2 milliards d’euros de nouveaux crédits ont été accordés le mois précédent le reconfinement. C’est 13 % de plus que le précédent record de 2019.
(Pixabay : nattanan23)

La production de crédit immobilier a battu des records juste avant le reconfinement. Selon la Banque de France, la production mensuelle de crédits à l'habitat a atteint en octobre 23,4 milliards d’euros et 20,2 milliards pour les nouveaux crédits hors renégociation. C’est 13 % de plus que le précédent record d'octobre 2019 et ses 17, 8 milliards d’euros. Cette augmentation s’inscrit dans la dynamique de croissance de ces derniers mois : + 5,3 % en août, + 5,4 % en septembre et + 5,5 % en octobre.

Si ces chiffres n’intègrent pas les effets du reconfinement, ils devraient néanmoins donner du grain à moudre au HCSF. Le Haut conseil de stabilité financière doit en effet tenir sa prochaine réunion mi-décembre. Le niveau historique de production pourrait le conforter dans sa décision de maintenir ses recommandations concernant l’octroi de crédit malgré la conjoncture. Pour rappel, il avait établi ses consignes de durcissement lors du précédent record de fin 2019 afin d’éviter « une surenchère des établissements bancaires ». Le HCSF pourrait être d’autant plus tenté de maintenir ses recommandations qu’en parallèle, le taux moyen des crédits continue de diminuer, ce qui pourrait inciter les ménages à s’endetter davanatage.

Les taux continuent de baisser

Pour le cinquième mois consécutif, le taux moyen des nouveaux crédits recule selon L’Observatoire Crédit Logement / CSA. « Depuis juin, les taux des prêts annoncés dans les barèmes des banques ont reculé : ceux des prêts à 15 ans ont baissé de 10 points de base et ceux des prêts à 20 et 25 ans, de l’ordre de 15 points de base », écrit l’organisme dans une note. En novembre, le taux moyen s’établissait à 1,20 %, en recul de 7 points de base depuis juin. Dans le détail, il était de 0,99 % pour les prêts sur 15 ans, 1,12 % sur 20 ans et 1,38 % sur 25 ans.

Cette dynamique baissière traduirait la volonté des banques de « soutenir la demande de crédits immobiliers des particuliers sur des marchés fragilisés par deux périodes de confinement », écrit L’Observatoire, qui relativise également cette tendance à la baisse. « Le déplacement de la production vers les durées les plus longues a partiellement neutralisé l’impact de la baisse rapide constatée notamment sur les prêts à 20 et 25 ans », explique-t-il. 

Source : L'Observatoire Crédit Logement / CSA

La durée des crédits s’allonge

L’Observatoire Crédit Logement / CSA relève également un allongement de cinq mois de la durée des prêts depuis le début de l’été. Elle a même atteint des sommets historiques en octobre (235 mois) et en novembre (233 mois). Du jamais vu.

Source : L'Observatoire Crédit Logement / CSA

Point positif : cet allongement des durées aurait permis « d’absorber les conséquences de la hausse des prix des logements » et de contenir le taux d’effort sous le seuil de 33 %, tel que recommandé par le HCSF.