Les taux des crédits immobiliers sous 1,5%

La baisse des taux s'est poursuivie durant l'été selon l'Observatoire Crédit Logement - CSA. Elle équivaut à une baisse des prix de 7% depuis octobre 2015.

Toujours moins. Les taux d'intérêts des crédits immobiliers français ont connu une nouvelle baisse durant l'été pour s'établir sous la barre des 1,5% au mois d'août, calcule l'Observatoire Crédit Logement - CSA dans ses dernières statistiques.

Le mois dernier, le taux moyen toutes périodes confondues s'est établi à 1,48%. Il était de 1,55% au mois de juillet. Le taux moyen est légèrement plus élevé dans le neuf (1,59%) que dans l'ancien (1,42%). Depuis octobre 2015, la baisse est de 76 points de base dans l'ancien écrit l'Observatoire qui calcule qu'au global, la baisse des taux équivaut à une baisse des prix de 7% sur cette période.

Cette baisse du taux moyen va de paire avec la baisse parallèle des durées d'emprunts. L'emprunt moyen a baissé de 4 mois depuis mai, à 208 mois, le coût du crédit devenant moins cher et les ménages retrouvant davantage de solvabilité pour emprunter sur des périodes plus courtes.

Les objectifs très élevés de crédits 2016 des banques et la concurrence très forte qu'elles se livrent depuis le début de l'année sont l'une des explications à cette chute continue des taux. "Alors que traditionnellement certaines banques lèvent le pied à cette période car leurs objectifs sont quasiment atteints, force est de constater que ce n’est le cas pour aucune d’entre elles aujourd’hui", explique le courtier Empruntis. 

Les professionnels s'accordent à dire que la politique très accomodante de la Banque centrale européenne (BCE) envers les banques encourage celles-ci à abaisser leur seuil d'acceptation des dossiers. Une politique qui ne devrait pas s'inverser pour le moment, la BCE réfléchissant à l'inverse à muscler son programme de rachat de dette d'Etats sur les marchés d'ici à la fin de l'année, l'inflation étant toujours à la peine.

Toutefois, ces taux historiques pourraient avoir atteint un point bas selon le courtier Cafpi. "Les taux de crédit immobilier ont fini par atteindre leur niveau plancher. Il ne leur reste que de quoi prévenir les risques de défauts de paiement, amortir leurs frais de fonctionnement et bénéficier d’une marge plus que réduite."