Les notaires de Paris lancent leur outil d'estimation immobilière

Le projet AVM est disponible depuis le 16 juin en version bêta.
Hans Braxmeier

Les notaires se lancent dans l'estimation immobilière automatisée. L'outil automated valuation model  (AVM), développé par Paris notaires services (PNS) en partenariat avec la proptech PriceHubble, est disponible en version bêta depuis le 16 juin. En remplissant un questionnaire en ligne, il est possible d'obtenir une estimation de la valeur du bien, une fourchette de prix ainsi qu'un indice de confiance de l'estimation proposée. 
« C'est une première approche de la valeur vénale du bien. La recherche sera plus ou moins fiable selon l'échantillon de biens similaires sur lequel on s'est basé pendant la construction de l'algorythme », précise Sonia Labeth, responsable de la base BIEN. 

Le projet a été peaufiné pendant six mois au sein de la Chambre des notaires de Paris avec l'aide d'experts, d'économistes et de négociateurs. Soixante pistes de recherches ont été identifiées pour affiner l'évaluation, comme le positionnement du bien sur un terrain étroit ou le fait qu'il se situe au dernier étage. Les données utilisées proviennent de la base BIEN - le fichier informatique des références immobilières notariales - qui peut se targuer d'un historique de 30 ans. La base cumule 4,3 millions de références basées sur les actes authentiques des notaires parisiens, avec 120 variables collectées pour chaque transaction. Elle permettait déjà d'effectuer des recherches parmi les références, d'obtenir des données agrégées au travers d'un module statistiques et des prix actualisés grâce à l'indice Notaires-Insee. 

Le service est réservé aux professionnels de l'immobilier au sens large (banques, universités, assurances...) et aux notaires. Si l'utilisation d'AVM n'est pas payante en elle-même, il est nécessaire de posséder un compte sur la base BIEN pour y avoir recours. La souscription minimale est de 100 euros pour un an pour avoir accès à toutes les fonctionnalités, basées sur un système de micro-transactions. 

« L'outil va s'améliorer au fil de l'eau, gagner en performance et intégrer des facteurs nouveaux », a fait savoir Frédérique Thollons-Baras, directrice des activités immobilière chez Paris notaires services (PNS). La Chambre ambitionne de déployer la version définitive au quatrième trimestre 2021.