Les assureurs et les SCPI-OPCI seront les investisseurs les plus actifs cette année

Selon le 17ème baromètre IPD, le marché de l'investissement en immobilier d'entreprise resterait à un haut niveau en 2015 mais les prévisions demeurent prudentes pour le marché locatif

Le 17ème baromètre IPD, en partenariat avec Crédit Foncier Immobilier, sonde les plus grandes sociétés d’investissement présentes en France sur leurs anticipations relatives aux grandes tendances du marché immobilier.

Investissement stable. Alors qu'en 2014 les prévisions des panélistes avoisinaient les 16,9 milliards d’euros, les volumes d’investissement en France (hors hôtels et santé) dépassent les 22,5 milliards d'euros, soit un record après crise, selon le Crédit Foncier Immobilier. Pour 2015, les anticipations penchent vers une stabilisation à 22,7 milliards d’euros d’investissement qui se poursuivrait en 2016.

Le rendement global de l'immobilier d'investissement est de 6,3 % en 2014

L'indice annuel IPD de l'immobilier d'investissement en France qui mesure la performance des investissements immobiliers directs de placement (sans effet de levier) obtenue à partir de deux expertises consécutives s'élève à 6,3% en 2014 (5,2 % en rendement locatif et 1,1 % en rendement capital).

Les SCPI et OPCI Retail ainsi que les compagnies d’assurance resteraient en 2015 les acteurs les plus actifs à l’investissement (lire graphique). En effet, ces derniers devraient toujours bénéficier d’une collecte importante auprès des épargnants, qui boudent le livret A. De plus, leur poids s’accroît au détriment des fonds non cotés y compris les OPCI professionnels. Cependant, les foncières cotées et les investisseurs moyen-orientaux et asiatiques devraient faire leur retour juste devant les fonds souverains. Les panélistes ont écarté les fonds allemands des acteurs les plus actifs à l’investissement en 2015.

Encore une compression des taux. La rareté des actifs Core associée à des rendements trop faibles représentent à eux deux plus de 50% des freins à l’investissement. Les investisseurs continuent d’afficher une certaine défiance face à la politique économique et fiscale menée en France.

En 2015, les panélistes envisagent encore une compression des taux prime des Bureaux Paris QCA, alors qu'ils sont déjà bas. La majorité estime qu'ils pourraient atteindre 3,6% à fin 2015, ce qui s'explique par l’abondance de liquidités à investir en immobilier, la rareté de l’offre prime et le positionnement de certains acteurs qui investissent à très long terme sur ce marché. Ces taux devraient se stabiliser en 2016 sans dépasser les 4 %. De même, les taux centres commerciaux prime, se maintiendrait à  4,3% en 2015 et 4,2% en 2016.

Les bureaux restent le produit privilégié à l’achat en 2015 (80 % des investisseurs), avec notamment un regain d’activité sur les bureaux Paris QCA. Les bureaux en régions sont plus prisés en 2015 (14 % contre 7 % en 2014). L’Allemagne demeure le premier pays étranger dans lequel les panélistes souhaiteraient investir même si elle perd 4 points par rapport au dernier sondage. L’Italie semble attirer de plus en plus d’investisseurs (14 % d'entre eux début 2015 contre 7% fin 2014).

Marché locatif. Les panélistes prévoient une stabilité du marché locatif des bureaux en Ile-de-France avec une demande placée à 2,2 millions de m² en 2015 proche de celle de 2014. Ils envisagent une légère baisse de la vacance, en moyenne 11,7% à fin 2015 et 11,2% en 2016. Par conséquent, ils n'anticipent pas de hausse des mesures d'accompagnement mais tablent plutôt sur une stabilisation pour les actifs de seconde main Paris QCA (18% pour 2015 comme au dernier sondage fin 2014) et une légère diminution pour les actifs prime Paris QCA (17% contre 19% lors du dernier baromètre).

Par ailleurs, à fin 2015, les loyers prime dans Paris QCA s’établiraient autour de 787€/m², en hausse par rapport à leurs dernières prévisions (765€/m²). Quant aux bureaux de seconde main dans Paris QCA, une légère reprise des loyers est envisagée pour s’établir à environ 511€/m² à fin 2015.