Immobilier résidentiel

Le marché du résidentiel ancien a reculé en 2013

Le marché de l’immobilier a subi des influences contradictoires en 2013 : d’une part « une conjoncture économique dégradée, une fiscalité galopante, des prix élevés, un projet de réforme de la location très contesté » et d’autre part « des taux d’intérêt historiquement bas », souligne la FNAIM dans une étude sur les résultats du marché de l’immobilier résidentiel ancien en France l’an passé.

La FNAIM enregistre un repli de 5,1% du volume total de transactions entre 2012 et 2013, comparable aux observations des autres acteurs du secteur. D’après l’étude européenne d’ERA, intégrée au dossier, la France se situe au 3e rang des marchés immobiliers par l’importance du repli, après le Portugal et les Pays-Bas.