La pression sur les prix repart à la hausse dans l'ancien

Après un printemps calme, la dynamique de la demande sur le marché de l'ancien a tendu à nouveau les prix, détaille le baromètre LPI-Se Loger.

Les prix des biens dans l'ancien connaissent une nouvelle poussée après la publication du mois dernier. Selon les chiffres publiés par le baromètre LPI-Se Loger à la fin juin (sur trois mois), la demande s'est redressée depuis le début du mois de mai, entraînant avec elle une hausse des prix sur le territoire.

Au global (appartements et maisons), les prix signés dans l'ancien ont ainsi grimpé de 1,2% sur trois mois et de 1,1% sur un an. A noter toutefois, c'est le marché des maisons qui pousse la tendance (+3,1% sur trois mois) alors que les appartements se stabilisent (0% mais +0,6% sur un an).

Dans le détail des grandes villes, Bordeaux, Nantes et Toulouse continuent à tirer le marché vers le haut avec des évolutions de prix au-dessus de 3% sur un an. A trois mois, les évolutions sont plus contrastées avec notamment +1,1% à Toulouse alors que Strasbourg bondit de 16,1%. «Les évolutions récentes des prix affichés laissent attendre un renforcement de la tendance», précise le baromètre, notant que les marges de négociations se relèvent tout de même.

A Paris, Lyon et Marseille, le dynamisme sur un an tranche avec l'atonie de la fin d'année dernière, ajoute le baromètre.