La pierre française parmi les plus chères d'Europe

Dans son étude annuelle, le cabinet Deloitte dévoile les chiffres de l'immobilier européen. Bilan pour la France, les prix se sont tassés mais restent parmi les plus élevés du continent.

La France reste l'une des terres les plus chères où s'installer en Europe. A l'occasion de la 4ème édition de son étude Property Index sur le marché résidentiel immobilier en Europe, le cabinet Deloitte rappelle que la baisse des prix dans l'hexagone depuis plusieurs mois n'a pas empêché le pays de figurer une fois de plus parmi les pays européens les plus chers. A travers une étude menée dans 15 pays européens ainsi qu'en Russie et en Israël le cabinet Deloitte note que la France fait partie des pays les plus chers avec la Suède et le Royaume-Uni, malgré une baisse des prix "en dessous des 8.000 euros le mètre carré", en région parisienne.

Les plus fortes hausses de l'immobilier  de l'année sont à mettre au crédit de l’Irlande, Israël et le Royaume-Uni. Dans ces pays, le foncier a connu respectivement des hausses de 31,7%, 25,6% et 21,6%.

Le cabinet note également que les inégalités en en termes d’accession à la propriété entre les pays européens se confirment. "Par rapport à 2013, les français, italiens, polonais, tchèques et hongrois investissent entre 6 et 8 années de salaires avant de devenir propriétaire contre 3,2 années seulement pour les belges, suivis de près par les allemands et les danois. Le Royaume-Uni reste le pays le moins accessible où il faut mobiliser 10 années de salaires", explique Laure Silvestre-Siaz, associée, Real Estate Leader chez Deloitte.

Du côté des logements neufs, Paris reste l’une des capitales européennes les plus chères avec Londres, mais reste toutefois derrière. Outre-Manche, le prix moyen atteint plus de 14 000 euros le mètre carré. Dans la capitale française, le mètre carré dans le neuf se négocie plus de 10 200€ le mètre carré. "A l’inverse, Porto est la ville la moins chère de l’étude (860€/m2)", précise l'enquête.