La BCE a redynamisé le marché immobilier, affirme Moody's

La baisse des taux qui suit l'assouplissement quantitatif a permis aux emprunteurs de renégocier leurs prêts et de rembourser de manière anticipée.

Dans une note d'analyse publiée la semaine dernière, Moody's Investors Service affirme que les différentes baisses de taux auquelles la Banque centrale européenne (BCE) a procédé depuis le lancement de son assouplissement quantitatif (quantitative easing, QE) ont provoqué une baisse des coûts des crédits immobiliers en France, ce qui permet aux emprunteurs de renégocier ces prêts ou de pratiquer des remboursements anticipés.

"En 2015, les nouveaux prêts immobiliers se montaient à 202 milliards d'euros", analyse l'agence, ajoutant que le refinancement de prêts représentait 36% des nouveaux crédits immobiliers au début de 2016, selon des données de la Banque de France.

Concernant le restant de l'année, Moody's affirme que les taux resteront probablement bas au-delà du premier trimestre 2016. Ce qui soutiendra la production de nouveaux prêts et les prix de l'immobilier. Les taux sont déjà à un niveau historiquement bas, au plus bas depuis 70 ans selon les récents calculs du Crédit Logement. Mois après mois, les courtiers en immobilier font état de baisses des taux depuis le début de l'année.

"Le marché immobilier français a connu une bonne année 2015, avec une croissance des ventes de 15,7%. Les banques françaises nourrissent de grandes ambitions en 2016, voulant augmenter leur part du marché du crédit immobilier intérieur et visant des clients soucieux de refinancer leur logement, ainsi que les primo-accédants", dit Greg Davies, un autre analyste de Moody's.