Il est de plus en plus intéressant d'acheter plutôt que de le louer

Selon un comparatif réalisé par Meilleurtaux.com, l'achat de son logement s'avère rentable sur une période plus courte que l'an dernier, grâce à des taux d'intérêts bas.
PHB

Dans une étude comparative dressée dans 37 villes françaises, le courtier en immobilier Meilleurtaux a tenté de répondre à la question suivante : est-il plus judicieux de continuer à louer son logement ou à l'acheter ?  

Pour parvenir à ses résultats, le courtier a analysé plusieurs facteurs locaux. D'abord celui de la surface. La moyenne prise pour réaliser un comparatif est de 70 mètres carrés. Concernant les logements à l'achat, Meilleurtaux a pris en considération le prix au mètre carré, les taux d'intérêts de l'emprunt et la taxe foncière. Pour les logements en location, le montant des loyers et le rendements de l'argent placé qui aurait servi à l'apport personnel en cas d'achat.

A lire également : Le niveau des loyers en berne dans les grandes villes

Concrètement, 10% d'apport personnel ont été pris en exemple, et un taux d'intérêts de 2,45% sur 20 ans a été considéré. Le rendement de l'épargne pour les locataires a été établi à 2% par an, l'évolution des loyers à 1% et l'évolution des charges de copropriété à 2%.

Les résultats de l'étude font apparaitre qu'à l'échelle nationale, le bien immobilier acquis sera rentabilisé au bout de 17 ans pour un 30 mètres carrés (soit deux années de moins que l'an dernier) et au bout de 4 ans pour un 70 mètres carrés (un an de moins qu'en 2014). 

Voici les résultats pour un appartement de 70 mètres carrés :

Bien que figurant en queue de classement, Paris fait partie des villes qui ont le plus progressé par rapport à l'an dernier. En 2014, il fallait 20 ans pour rentabiliser une opération, soit 5,5 années de plus qu'en 2015. Meilleurtaux avance la chute des taux d'intérêts particulièrement ressentie dans la capitale pour justifier cette baisse.

La diminution générale du seuil de rentabilité par rapport à l'an dernier s'explique justement par ces taux d'intérêts historiquement bas. Ce contexte favorable ne devrait d'ailleurs pas s'arrêter avec la hausse de ces taux constatée depuis le début de l'été. "Nous avons volontairement réalisé l’étude au niveau des taux les plus récents et non au plus bas d’avril dernier" précise Hervé Hatt, le président de Meilleurtaux.com.

A lire aussi sur l'AgefiActifs.com : Le marché immobilier se retourne selon MeilleursAgents