Gestion locative : la facture des bailleurs s’est allégée

Leurs dépenses en gestion courante l’année dernière ont chuté de 60 % par rapport à 2019.
Source : Pixabay

C’est l’une des rares bonnes nouvelles de 2020 : les dépenses en gestion courante des bailleurs se sont considérablement allégées l’année dernière. Ils ont dépensé 96 euros en moyenne en incidents, réparations et autres tâches diverses, contre 240 euros en 2019. Pour calculer cette baisse de 60 %, l’agence immobilière en ligne Flatlooker a passé au crible près de 1.000 logements construits entre 1850 et 1950 (dont 60% situés en région parisienne et 40% en province).

Selon Nicolas Parisot, co-fondateur de la start up, ce sont les confinements qui ont permis aux bailleurs de faire des économies : « Les locataires ont été moins présents dans leurs logements durant les 3-4 mois de confinement et les locataires qui étaient en télétravail chez eux ont eu tendance à plus gérer leurs problématiques en autonomie. »

Mais à y regarder de plus près, l’effet des confinements semble relatif sur les dépenses des bailleurs en gestion courante. A l’inverse, celui de novembre semble même les faire repartir à la hausse. Sans doute parce que la débrouillardise ne dure qu’un temps. Face à certains incidents, le recours à un professionnel est indispensable. Ce sont d’ailleurs les dépenses en plomberie et chauffage, un domaine dans lequel il est difficile de s’improviser expert, qui ont été les plus importantes l’année dernière.

Pour aider les bailleurs à prévoir leurs dépenses futures, Flatlooker s’est également intéressée à la fréquence des incidents qui peuvent survenir dans un logement.

Bon à savoir :

En cas de travaux de plus de 21 jours, le locataire peut demander une diminution de loyer comme indiqué dans l’article 1724 du Code civil. Si, en raison des travaux, le logement devient inhabitable, le locataire est en droit de demander la rupture de son bail.