Encadrement des loyers : les abus persistent

Près de la moitié des loyers sont au-delà du plafond de l'encadrement des loyers à Paris, selon le dernier pointage de la CLCV.
Fotolia

Six mois après la réactivation de l'encadrement des loyers à Paris, le bilan est mitigé : 56 % des loyers parisiens respectent l’encadrement des loyers, selon une enquête publiée par l'association CLCV. Un taux « correct mais qui ne doit pas cacher certaines réalités, à savoir les abus » de certains bailleurs. En moyenne, les loyers excèdent de 151,21 euros par mois le plafond autorisé, soit plus de 1.814 euros à l’année. En 2018, après l’annulation du précédant dispositif d’encadrement des loyers à Paris, de nombreux bailleurs avaient il est vrai revu à la hausse leurs tarifs.

La CLCV pointe également « la très mauvaise rédaction des annonces immobilières ». Ainsi, si le contenu des informations devant être transmises au consommateur est fixé par les textes en cas de recours à une agence immobilière (montant du loyer, des charges, du dépôt de garantie...), « il n’en est rien lorsque l’auteur de l’annonce est un particulier », déplore l'association.

« Ceux qui souhaitent ficher les locataires en impayés de loyers devraient en profiter pour faire de même avec les professionnels qui violent la loi en toute connaissance de cause », tacle a CLCV, après l’annonce de la FNAIM de créer un fichier des incidents de loyers.