Immobilier

Carton plein pour le crowdfunding

Avec 184 millions d’euros collectés sur les six premiers mois de l’année, le crowdfunding immobilier confirme son succès auprès des investisseurs.
Jérémie Benmoussa, cofondateur et président de Fundimmo

Un secteur en plein boom. Comme beaucoup de solutions digitales, le crowdfunding immobilier a su profiter de la crise. Les chiffres du baromètre semestriel du secteur, publié par FundImmo et Hello Crowdfunding en juillet dernier, traduisent l’engouement des investisseurs : 184 millions d’euros ont été collectés sur les six premiers mois de l’année, soit une augmentation de 43 % par rapport à la même période en 2019. Tendance similaire du côté des remboursements : 76,6 millions d’euros, contre 42 millions l’an passé (+ 82%). 229 opérations ont été financées, avec un ticket moyen de 1.640 euros, une durée de placement de 21 mois et un gain moyen de 270 euros bruts.

En faisant l’intermédiaire avec les promoteurs, les plateformes de crowdfunding permettent aux investisseurs de choisir les opérations qu’ils souhaitent financer en toute liberté. Avec un ticket d’entrée généralement autour de 1.000 euros, cette solution est très accessible et mobilise l’épargne sur une durée assez courte (entre 3 et 36 mois). Des plateformes grand public certes, mais dont le profil d’utilisateurs évolue déjà. « Si la majorité des clients investissent en moyenne 1.500 euros, environ 10 % de la clientèle est désormais intermédiée. On recense aussi environ ¼ de chefs d’entreprise et de hauts cadres qui placent des sommes avoisinant les 10.000 euros », détaille Jérémie Benmoussa, cofondateur et président du directoire de la plateforme Fundimmo.

Autre avantage et pas des moindres : les revenus sont uniquement soumis aux 30 % de la flat tax. Le risque de perte en capital est bien présent, mais compensé par des perspectives de rendement élevé : au premier semestre 2020, la performance annuelle des opérations proposées était de 9,4 % (contre 9,2 % en 2019), toujours selon le baromètre de Fundimmo et Hello Crowdfunding.

Toutes les classes d’actifs immobilières sont éligibles au crowdfunding, mais le résidentiel tire clairement le marché vers le haut. Sur les 229 opérations financées au premier semestre, 86 % concernaient le résidentiel. Près de 40 % de la collecte concernaient les projets marchands de biens, une augmentation considérable par rapport à l’année dernière (+ 24 %). « Certains promoteurs se sont redirigés vers ces projets à cause du gel des autorisations de construire. La tendance devrait continuer à s’affirmer jusqu’à la fin de l’année avant de ralentir en 2021, au profit de la relance des opérations de construction », prévoit Jérémie Benmoussa.